Trinh-Duc: «Ce drop j'en rêve depuis que je suis tout petit»… Papé: «On a vu une équipe de France avec des couilles»...

COUPE DU MONDE Les premières réactions des Bleus après leur victoire face à l’Angleterre (19-12)...

Propos recueillis par A.P. à Auckland

— 

François Trinh-Duc, le 8 octobre 2011 à Auckland.
François Trinh-Duc, le 8 octobre 2011 à Auckland. — B.Cristel / REUTERS

De notre envoyé spécial en Nouvelle-Zélande,

Morgan Parra (demi d’ouverture)

«Notre jeu n’a pas changé. On n’a rien révolutionné, ce qui change c’est l’état d’esprit et c’est la priorité dans un sport de combat comme le rugby… C'est  d’abord une belle histoire d'hommes qui ont voulu réagir. Les sifflets de la défaite face aux Tonga ont fait mal. Ils étaient mérités.»

François Trinh-Duc (demi d’ouverture)

«Ce drop c’est ma réponse à ces deux  dernières semaines. Je ne voulais pas crier mon désespoir de n’être que remplaçant, j’avais envie de répondre sur le terrain. Ce drop j’en rêve depuis que je suis tout petit et que je voyais l’Angleterre nous battre sur des drops de Wilkinson. Oui, ça fait du bien (sourire).

 Pascal Papé (deuxième-ligne)

«On n’a rien gagné. On n’est pas champion du monde,  on juste tout fait ce qu’il fallait pour gagner un match de rugby. Je suis  surtout content pour les supporters qui étaient présents contre les Tonga, ce soir on a au moins vu une équipe de France avec des couilles… On ne sera pas tranquille contre le pays de Galles. Les Gallois sont peut-être plus forts que les Anglais, peut-être plus forts que nous également. »

Thierry Dusautoir (troisième-ligne et capitaine)

«Beaucoup d'entre nous se sont rendus compte qu'on passait à côté d'une chance extraordinaire, celle de jouer une Coupe du monde pour son pays. Ce sont des moments très rares dans une vie, on ne s'en rend pas forcément compte quand on évolue dans un système où on enchaîne les compétitions.» 

Marc Lièvremont (sélectionneur)

«Je suis fier que les joueurs se soient accrochés jusqu'au bout. On a fait preuve de beaucoup de maîtrise. On est parvenu à leur remettre la pression sur un très bon jeu au pied. On a su mettre la main sur le ballon, imposer notre jeu, avec talent certaines fois. J'aurais aimé que ce soit aussi le cas en seconde mi-temps où l'on s'est montré un peu plus fébrile. Mais bon, l'essentiel est là.»

Martin Johnson (sélectionneur de l’Angleterre)

«C’est une façon brutale de terminer le tournoi, mais c’est ainsi que ça se termine pour tout le monde, sauf pour ceux qui gagnent. Ils ont mérité cette victoire. »