France-Albanie: Laurent Blanc content du résultat mais s’inquiète des blessés

FOOTBALL Avec la victoire 3-0, les Bleus ont leur destin entre leurs mains...

Reuters

— 

Laurent Blanc, le sélectionneur de l'équipe de France, le 10 août 2011, à Montpellier.
Laurent Blanc, le sélectionneur de l'équipe de France, le 10 août 2011, à Montpellier. — DAMOURETTE/SIPA

Satisfait du succès confortable de ses troupes face à l'Albanie (3-0), Laurent Blanc s'est en revanche inquiété des blessures qui accablent l'équipe de France à l'approche du match décisif contre la Bosnie mardi.

«On a des problèmes, notamment en ce qui concerne les blessures», a dit le sélectionneur en évoquant les douleurs musculaires ressenties par les défenseurs Patrice Evra et Adil Rami.

 

Laurent Blanc a souligné qu'il avait été contraint de modifier sa stratégie en seconde mi-temps en raison des problèmes physiques, notamment en gardant sur le terrain le milieu rennais Yann M'Vila, pourtant sous la menace d'un second carton jaune synonyme de suspension.

 

Nasri «bon», Debuchy, «très bon»

«On avait prévu de faire reposer le joueur dès que le score aurait été acquis. On a frisé la correctionnelle de ce côté-là», a dit le sélectionneur, qui a retiré cependant plusieurs satisfactions individuelles de la rencontre.

 

Laurent Blanc a trouvé «bon» Samir Nasri, sur la sellette après ses récentes productions plutôt médiocres, et «très bon» pour sa première sélection le latéral droit lillois Mathieu Debuchy.

 

Se projetant sur le match couperet de mardi, pour lequel la France n'a besoin que du point du match nul, il n'a pas fait mystère de ses intentions. «On préparera ce match pour le gagner, c'est très clair, même si on doit en cours de match gérer un résultat», a-t-il dit, en évoquant cependant «le manque d'expérience» de ses joueurs.

 

Il a précisé que l'état de santé d'Eric Abidal, trop juste pour jouer vendredi, évoluait favorablement. «Mais il faudra qu'il soit à 100% pour jouer un match international de ce type», a-t-il ajouté. Il a précisé qu'un bilan médical pour l'ensemble des blessés serait fait «demain (samedi) ou dimanche.»