Euro 2012: Les Bleus rôdés avant la dernière marche

FOOT L'équipe de Laurent Blanc s'impose 3-0 contre l'Albanie avec autorité. Ils joueront leur qualification directe à l'Euro, mardi face à la Bosnie...

Romain Scotto, au Stade de France

— 

L'attaquant de l'équipe de France, Loïc Rémy, après son but inscrit contre l'Albanie au Stade de France le 7 octobre 2011.
L'attaquant de l'équipe de France, Loïc Rémy, après son but inscrit contre l'Albanie au Stade de France le 7 octobre 2011. — C.Platiau/REUTERS

La prochaine fois qu’il sortira son boulier, Laurent Blanc se sentira sûrement un peu plus léger. Grâce à la victoire de son équipe face à l’Albanie, vendredi soir au Stade de France, les Bleus se sont rapprochés un peu plus d’un voyage en Pologne - Ukraine l’été prochain. Sur le plan comptable, la donne est simple. S’ils ne perdent pas mardi soir contre la Bosnie, la bande à Lloris, promu capitaine, embarquera pour un vol direct. Une défaite et il faudra passer par la case barrage avant la fin de l’année. Cette problématique, les Bleus la connaissaient déjà. Encore fallait-il s’assurer une place de barragiste en corrigeant l’Albanie à domicile (3-0).

 >> Le live du match est par ici

De ce point de vue là, Laurent Blanc peut être amplement rassuré. Contre un adversaire beaucoup plus faible, l’équipe de France s’est non seulement fait respecter, mais elle a aussi réalisé un match entier, abouti, du premier quart d’heure au dernier coup de sifflet. Vu la prestation de cette équipe, on oublierait presque qu’elle était amputée de la moitié de ses titulaires ou aspirants au coup d’envoi (Abidal, Benzema, Gameiro, Mexès, Ribéry, Sagna...). En leur absence, le sélectionneur a misé sur un milieu quadrupède et deux pointes (Gomis et Rémy) pour assurer la victoire. Une formule qu’il jugeait pourtant «dépassée» au plus haut niveau quelques jours plus tôt. A croire que les Bleus jouaient une rencontre quasi amicale.

Deux blessés de plus

Sur la pelouse, cela s’est traduit par une possession despotique du ballon, des combinaisons inspirées, des latéraux capables de déborder et des attaquants particulièrement affûtés. Florent Malouda a même prouvé qu’il était encore capable de marquer. Sur un centre de Rémy, le gaucher des Bleus ouvre le score sur une reprise contrée par un pied albanais. Un peu plus tard, c’est un autre ballon contré, sur une frappe de Loïc Rémy, qui permet aux Bleu de se mettre à l’abri avant la pause. En deuxième mi-temps, Anthony Reveillère conclut la balade sur un déboulé côté gauche.

Avec un peu plus de réalisme, les Bleus auraient même pu rendre une note encore plus salée. Boucler le succès parfait. Pour cela, il aurait aussi fallu éviter d’allonger la liste des blessés. En cours de match, Cabaye et Evra ont dû céder leur place à Réveillère et Martin, comme si l’infirmerie des Bleus n’était pas assez bien garnie. Le prix à payer pour s’offrir une «finale» du groupe, mardi face à la Bosnie.