Le championnat innove en adoptant l'arbitrage vidéo

— 

L'arbitrage vidéo ne fait plus polémique en Pro A. La saison passée, David Cambon, arbitre de Villeurbanne-Paris

(74-76) lors de la dernière journée, a validé un tir – victorieux – au buzzer du Parisien Eric Chatfield en s'appuyant sur la vidéo. Une polémique était née car cette victoire aurait pu fausser le championnat, mais surtout Cambon avait outrepassé ses droits. Car l'arbitrage vidéo n'était alors autorisé qu'à la Semaine des As et lors des finales de Pro A et de Pro B. Cette année, les arbitres pourront utiliser la vidéo en fin de quart-temps dans deux cas : pour vérifier si un tir est à deux ou trois points, et déterminer si, sur un tir, le ballon a quitté les mains d'un joueur avant la sonnerie.
L'arbitrage vidéo sera appliquée demain pour la première journée de Pro A. Une nouveauté qui satisfait Vincent Collet, le coach de la SIG. « On ne peut qu'être favorable. Cela va optimiser les décisions. ça va dans le sens de l'équité. L'utilisation seulement en fin de quart-temps permet de ne pas hacher les matchs. Je pense que l'équilibre est plutôt bon. »F. H.