Abdou N'Diaye doit revoir ses plans

— 

Pour la deuxième fois de la saison, l'entraîneur villeneuvois doit reconstruire son équipe. Le départ d'Elodie Bertal (maternité), l'arrivée de Sabrina Palie et surtout celle, récente, de l'expérimentée Cathrine Kraayeveld à la place de Jillian Robbins, remerciée, ont totalement rebattu les cartes. Un changement assumé. « J'aime les intérieures qui sortent pour shooter, explique-t-il. Et il nous fallait de la taille et de la densité physique. » Avec son dernier renfort (1,91 m, 83 kg), passé par New York, Chicago et Namur, Abdou N'Diaye est servi. Et visiblement comblé depuis que l'Américaine âgée de 30 ans a rejoint l'entraînement collectif mardi. « Elle confirme ce qu'on pensait d'elle en bien, lâche-t-il. Mais pour l'intègrer tactiquement, il va nous falloir du temps. » Samedi, Arras, son hôte pour la troisième journée de Ligue féminine, pourrait donc profiter de la situation et ralentir l'ESBVA -une victoire et un revers au compteur - qui veut se qualifier pour la coupe d'Europe. « Au minimum », précise N'Diaye.J. D.