le staff de l'om garde le cap

ROMAIN CANUTI

— 

Deschamps, Stephan et Dehon ont choisi de s'adoucir auprès du groupe.
Deschamps, Stephan et Dehon ont choisi de s'adoucir auprès du groupe. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Le fiasco du match contre Brest tient en une statistique : en seconde période, l'OM ne s'est procuré qu'une occasion. « Ca ronronnait » détaille même Guy Stephan. En football, si les joueurs adoptent cette posture, c'est parfois parce qu'ils veulent lâcher leur entraîneur. À écouter André Ayew, il n'y a rien de ça ici. « Il ne faut pas dire que les mots ne passent plus. Pourquoi alors ça marche en coupe d'Europe ? ». Stephan arrive en renfort : « Il y a deux ans, la technique de management a bien fonctionné. Depuis 9 matchs, force est de constater que ça ne marche pas. Il faut s'adapter, je ne dis pas changer ». Parole d'homme de confiance.

Le passé de joueur mis en avant
L'entraîneur adjoint remarque à ce sujet que la méthode Deschamps avait mis du temps à s'imposer la première année. Mais le club était dans le haut du tableau, ce qui n'est pas le cas cette fois-ci, le groupe étant englué à la treizième place du classement. Pire, les joueurs sont « pris d'une fébrilité ravageuse » dixit Stephan. Alors Deschamps, qui a un langage solide et dur en interne, qui n'hésite pas à pointer les manques de certains dans le secret du vestiaire, multiplie les entretiens individuels et collectifs ces derniers jours. Pour André Ayew, cela est bien perçu car « le coach a eu la chance de jouer au plus haut niveau, il sait que le mental est important ». « Après, il ne suffit pas de parler pour que ça s'arrange » nuance Stephan, conscient qu'avec un effectif au complet, le staff pourra faire des choix. La meilleure manière en définitive de bien être entendu.