Dieux du Stade: Le Racing-Metro veut retirer un de ses joueurs du calendrier

RUGBY Henry Chavancy ne veut plus poser pour un livre piloter par Max Guazzini, ancien président du club rival...

Antoine Maes

— 

Jjacky Lorenzetti (à gauche, le président du Racing), et Max Guazzini, alors patron du Stade Français, en décembre 2010, à Paris.
Jjacky Lorenzetti (à gauche, le président du Racing), et Max Guazzini, alors patron du Stade Français, en décembre 2010, à Paris. — ALBAN PIERRE/SIPA

Coup de pub ou coup de gueule? Dans une lettre ouverte envoyée à la presse lundi matin, Jacky Lorenzetti, le patron du Racing-Metro, met un méchant tacle au calendrier des Dieux du Stade. Dans l’édition 2012 doit figurer le centre de son équipe, Henry Chavancy. Problème, le joueur ne veut plus participer. «Qu’un joueur du Racing se retrouve, parmi tant d’autres joueurs d’autres clubs, dans ce calendrier 2012, nous disons clairement NON. Pas d’accord!» indique un communiqué du club.

Guazzini: «Les élucubrations  de Jacky Lorenzetti ne m’intéressent pas» 

Les avocats du Racing ont déjà entamé des démarches dans ce sens. «Mais ils on été renvoyés dans leur 22», indique Max Guazzini, ancien président du Stade Français, qui pilote toujours le calendrier. Pour les Ciel et Blanc, le problème est là: le calendrier, même s’il est ouvert aux rugbymen de toute la France, est encore très connoté Stade Français. Et Chavancy est «une figure tutélaire du renouveau de notre club», explique Lorenzetti. «Les élucubrations de Jacky Lorenzetti ne m’intéressent pas. C’est une photo très sage, beaucoup plus que ce qu’il peut faire dans ses pubs. Et puis dans le calendrier, il y aussi Boussès, un autre joueur du Racing. Et l’année dernière, il y avait Mirco bergamasco», poursuit Guazzini. 

De la pub pour tout le monde 

Imprimé en août et disponible dans les librairies à partir de jeudi, le calendrier des Dieux du Stade ne devrait pas subir de modification. «Ça me fait rigoler. On veut faire du buzz à tout propos, et attiser la rivalité avant le derby (le 2 décembre). C’est de la pure communication. C’est sur un autre terrain qu’on devrait aller», rétorque Max Guazzini. Qui prend la peine de prendre son téléphone quelques heures plus tard, après avoir lu la sortie du boss du Racing. «Je le prends sur le ton de la rigolade! C'est pas méchant de sa part... Et je le remercie de participer à la promotion du calendrier». Prochaine étape? Jacky Lorenzetti dans le calendrier.