Foot: Le Racing toujours dos au mur

©2006 20 minutes

— 

Sept mois que ça dure. Depuis la 6e journée et une défaite à Paris (1-0), les Alsaciens n'ont plus quitté la zone de relégation. Une « charrette » qu'ils ont eu l'occasion de quitter samedi dernier à Nice, avant de sa saborder eux-mêmes (défaite 3-1). Heureusement pour eux, l'opportunité de dépasser Troyes (17e à deux points devant) se représente dès demain soir (20 h), à la Meinau, face à Nantes.

A cinq journées de la fin du Championnat, les coéquipiers d'Alexander Farnerud seraient bien inspirés de ne pas rater le train du maintien, car il n'est pas sûr qu'il repasse de sitôt. « L'équipe a toujours su rebondir après une prestation médiocre, se rassure l'entraîneur Jacky Duguépéroux. Après notre non-match à Nice, elle doit se rebiffer et prendre ses responsabilités. On a gagné seulement deux matchs à domicile [soit le pire bilan en L1]. Il faut doubler ce capital contre Nantes demain et Nancy dans trois semaines. On a déjà grillé trop de jokers et je n'ai pas envie d'échouer à un ou deux points de la 17e place au soir du 13 mai. »

Les Canaris, qui auront dans un coin de la tête leur quart de finale de Coupe de France mercredi à Calais, semblent prenables. Quatorzièmes et assurés de rester en Ligue 1, ils restent sur une série noire de huit matchs sans victoire et seront privés de leur meilleure arme, Mamadou Diallo (blessé), auteur de 10 buts cette saison.

Le Racing sera en outre animé d'un esprit de revanche par rapport au rocambolesque match aller, perdu 4-3 après avoir mené 0-2 puis 1-3. « On n'a pas oublié. On va s'en servir comme source de motivation supplémentaire, prévient le défenseur international tunisien Karim Hagui, complètement rétabli de son entorse au genou. L'avenir du club est entre nos mains. »

Jérôme Sillon