« Un début de saison avec beaucoup d'incertitudes »

— 

La LNH reprend samedi pour Istres qui recevra Dunkerque avant de se déplacer à Montpellier. Un départ canon que Christophe Mazel et ses joueurs n'ont pas préparé de la meilleure des façons.

Comment abordez-vous

cette reprise du championnat ?
Avec beaucoup d'incertitudes quant à notre niveau réel. La sélection du Sénégal et le championnat du monde junior nous ont privés de plusieurs joueurs durant la préparation. Sur ce, est venue s'ajouter la blessure de Jordan Perronneau [fracture du tibia]. Du coup, cette reprise ressemble à une équation à plusieurs inconnues. Mais c'est dans l'adversité qu'on verra si les joueurs ont des ressources. Avant tout, il faudra faire preuve de pugnacité et avoir un brin de malice pour faire déjouer Dunkerque. Parce que si on regarde cette machine se mettre en route on risque de rester à quai.

Comment a réagi le groupe en apprenant la blessure de Perronneau ?
Psychologiquement, cela a été dur. Parce qu'on est un des plus petits budgets de la LNH, que l'on n'a pas beaucoup recruté à l'intersaison pour intégrer des joueurs du centre de formation et que le sang neuf avec l'arrivée de Jordan est retombé aussi vite. Mais je sens une remobilisation à l'approche de la compétition. Etre performant dans des circonstances difficiles, c'est ce que j'attends des joueurs. On va avoir des matchs compliqués mais il faudra grappiller des points où l'on pourra pour arriver dans les meilleures conditions quand on jouera dans notre cours.

Malgré son budget (1,5 M€), Istres

a su depuis trois ans rivaliser avec les cadors. C'est plutôt encourageant...
Oui parce qu'on a un effectif de qualité qui donne tout le temps sa pleine mesure. Mais comme en quantité, on est limité, on est condamné à être performant tout le temps, à ne pas avoir de passage à vide. Cette saison, l'ambition est de faire mieux que notre sixième place de l'an dernier. Mais quand on fait mieux, on nous en demande toujours plus...Recueilli par S. D.