Coupe de monde rugby 2011: l'anti-fiche des Tonga

RUGBY La présentation décalée des 20 équipes qualifiées pour la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande...

A.P.

— 

Le joueur des Tonga, Charles Mateo, le 5 février 2011 à Wellington.
Le joueur des Tonga, Charles Mateo, le 5 février 2011 à Wellington. — A.Phelps / REUTERS

Le CV express:

En 2007, les Tonga sont passés tout près de l’exploit contre l’Afrique du Sud et l’Angleterre. Avec une population de 110.000 habitants, le rugby tongien est un miracle permanent. Marc Lièvremont a déjà fait de la rencontre du 1er octobre un huitième de finale avant l’heure d’ailleurs.

Leur programme (groupe A):

Tonga – Nouvelle-Zélande le 9 septembre à Auckland (10h30)
Tonga – Canada le 14 septembre à Whangarei (7h)
 Tonga - Japon le 21 septembre à Whangarei (9h30)
Tonga – France à Wellington le 1er octobre (8h)

Trois bonnes raisons de les suivre:

Parce que leur Kailao a de quoi faire passer le haka des All-Blacks pour une chorégraphie d’accueil du Club Med.  «Je ne suis plus un être humain, la victoire ou la mort voilà tout. Pour les Tonga, je donnerais  tout.»

Pour les frères Maka les deux anciens démolisseurs de défense du Stade Toulousain. Isitolo, l’ainé, dirige la sélection et a nommé son petit frère Finau (dont la coupe afro appartient au passé malheureusement) comme capitaine. Ce qui fait encore grincer quelques dents au pays.

Pour le souvenir de Taufa’ahau Tupou IV, monarque du pays de 1965 à 2006 et très fier alors de son titre de plus lourd chef d’Etat du monde avec 210 kilos sur la balance.

La spécialité locale:

La cravate ou le placage haut pour les néophytes. Si les Fidjiens sont des artistes du rugby, les Tongiens font plus dans le jeu dur. En 1986, le Gallois Jonathan Davies avait qualités les Tonga d’équipe la plus sale et irrégulière qu'il ait jamais rencontré. Le docteur du XV de France risque d’avoir du boulot le 1er octobre prochain.

Le mec qui gagne à être connu:

Mani Vakaola. Ailier de poche de 73 kilos, Vakaola a égayé les mornes dimanches des supporters de Colombes quand le Racing-Metro végétait en Pro D2. Depuis une saison, on a perdu sa trace. Cette Coupe du monde et le match contre la France seront l’occasion de prendre de ses nouvelles.

Ennemi  préféré:

Quand on écoute leur haka, on peut penser que les Tongiens n’ont que des ennemis sur les terrains.

Le prono de la rédaction:

Après avoir menés pendant une heure, les Tonga lâchent la qualification face à la France dans le dernier quart d’heure sur deux essais de pénalités et un drop de 50m d’Estebanez.

La question bonus:

Quelle star du rugby aurait pu jouer pour les Tonga? Gagné, Jonah Lomu. Né à Auckland, Lomu a vécu une partie sa jeunesse aux Tonga d’où est originaire sa famille. Conscients du potentiel du garçon, les Néo-Zélandais n’ont pas attendu ses 20 ans pour le sélectionner. Histoire de couper l’herbe sous les pieds de son pays d’origine sans doute.