Rugby: Les Bleus préfèrent les cartes à la console vidéo… Vincent Clerc et la lettre de Guy Môquet...

COUPE DU MONDE DE RUGBY Toute l'actualité de l'équipe de France à l’heure néo-zélandaise...

A.P.

— 

L'ailier du XV de France, Vincent Clerc, échappe à deux Irlandais, le 13 août 2011 à Bordeaux.
L'ailier du XV de France, Vincent Clerc, échappe à deux Irlandais, le 13 août 2011 à Bordeaux. — J.Naegelen / REUTERS

Mercredi 7 septembre

Vincent Clerc et la lettre de Guy Môquet

En 2007 Bernard Laporte avait demandé à Clément Poitrenaud de lire la lettre de Guy Môquet avant le match d’ouverture contre l’Argentine. Avec la réussite qu’on connaît. «Clément va me la lire à distance», ironise son copain Vincent Clerc qui avec le recul relative l’importance de cet épisode. «Cette lettre m’a fait rigoler. Il ne faut pas y voir un lien avec la défaite.»

Rencontre avec les arbitres pour le staff

Ce mercredi, l’encadrement de l’équipe  France est allé rencontrer des dix arbitres de la Coupe du monde, ainsi que leur patron Paddy O'Brien, à l'aéroport d'Auckland. Dans un sport où l’arbitrage varie énormément entre le Nord et le Sud, l’idée de cette rencontre était de savoir ce qui allait attendre les Bleus lors de cette compétition. A noter  que France-Japon sera arbitré par le néo-zélandais Steve Walsh.

>> Tous nos articles sur la Coupe du monde 2011

Les Bleus tapent encore le carton

Non, les interminables parties de cartes dans les chambres n’appartiennent  pas au passé. Selon Dimitri Szarzewski, la bellotte et la bourre ont encore pas mal d’adeptes en équipe de France. «C’est le rituel de cette Coupe du monde. Certains jouent à la Playstation, mais il y a plus de monde pour les parties de cartes, explique le talonneur. Ce n’est pas une question de jeunes ou de vieux puisque Morgan Para qui est le plus jeune va être le premier à rameuter tout le monde.» Les Blacks sont prévenus, les Bleus les prennent quand ils veulent à la bourre.

Nallet digère mal l’Italien

Lionel Nallet n’a pas envie de sous-estimer cette équipe du Japon. Et pour cela, le deuxième-ligne a juste à penser à la défaite en Italie lors du dernier Tournoi pour se motiver. « On a retenu les leçons de la défaite à Rome. On a été suffisants, ça n'arrivera plus. Personnellement, j'ai toujours ce match en travers de la gorge, je l'ai vécu comme une humiliation, déjà en raison de ma performance. Si on rentre sur le terrain sans agressivité, on devient une équipe médiocre.»

>> Du kiwi au petit-déjeuner le blog de notre envoyé spécial en Nouvelle-Zélande