Sélestat veut se faire sa place en D1

Floréal Hernandez

— 

Frédéric Beauregard et les Sélestadiens prêts à relever le défi du maintien en D1.
Frédéric Beauregard et les Sélestadiens prêts à relever le défi du maintien en D1. — www.lnous.fr

Sélestat rugit de plaisir à l'idée de faire son retour en D1, samedi, au CSI contre Créteil. Cette année encore, le SA-HB a choisi un lion pour emblème. A écouter Vincent Momper, le président sélestadien, le phénix aurait pu aussi symboliser le club. « Quand on est descendu, il y a deux ans, beaucoup de gens ont pensé qu'on ne reviendrait pas en D1. On est de retour et on a envie d'y rester longtemps », martèle-t-il.

Dix victoires ambitionnées
Si le club est ambitieux, il vise avant tout le maintien. « On veut l'assurer le plus rapidement possible », avance Christian Omeyer, devenu directeur sportif du SA-HB. « Il nous faut dix victoires à la fin de saison, comptabilise Jean-Luc Le Gall, l'entraîneur sélestadien. Sur le papier, je ne vois aucun club en dessous de nous. Mais quatre à cinq équipes ne sont pas plus fortes que nous. »
Pour se renforcer, le SA-HB a fait le choix de l'expérience avec les arrivées des demi-centres Petrenko et Ostarcevic, de l'arrière gauche Podsiadlo et du gardien Fulop. « L'objectif était de garder l'ossature de l'an dernier et de remplacer quelques n°2 par des joueurs plus forts », explique Le Gall. Celui-ci compte aussi sur le public du CSI pour aller chercher les victoires. « Il est exigeant, mais si on pose les tripes sur le parquet, on a 2 200 personnes derrière nous. » L'an dernier, le club a reçu l'oscar de la plus belle ambiance de D2.