Coupe du monde 2011: L'anti-fiche de la Géorgie

RUGBY La présentation décalée des 20 équipes présentes en Nouvelle-Zélande...

B.V.

— 

Le géorgien Shvelidze face à la Namibie, le 19 juin 2011
Le géorgien Shvelidze face à la Namibie, le 19 juin 2011 — B.CRISTEL/REUTERS

LE CV EXPRESS

Si le tournoi des VI Nations n’existait pas, la Géorgie serait la meilleure équipe d’Europe. Derrière le Top 6 du Vieux Continent, les hommes de Tbilissi pointent en effet le bout de leur nez (si bien qu’on parle déjà d’eux pour un futur tournoi des sept nations…) en alignant un huit de devant extrêmement compétitif. Avec beaucoup de joueurs venant du Top 14 (Zirakachvili de Clermont, Kubriashvili de Toulon, Gorgodze de Montpellier) la Géorgie est une équipe très difficile à bouger. Mais trop inconstante, elle n’a encore jamais réussi à passer les poules en Coupe du monde. Même si, en 2007, l’Irlande n’est pas passée loin de la correctionnelle. A confirmer face à l’Angleterre et l’Ecosse.



LEUR PROGRAMME

Géorgie – Ecosse, mercredi 14 septembre, 9h30, Invercargill

Géorgie - Angleterre, dimanche 18 septembre, 8h, Dunedin

Géorgie – Roumanie,  mercredi 28 septembre, 9h30, Palmerston North

Géorgie – Argentine, vendredi 2 octobre, 3h, Palmerston North

TROIS BONNES RAISONS DE LES SUIVRE


La Géorgie, c’est le rugby de papa. En mode je rentre dedans et je ne fais pas trop attentions à mes bouts d’os qui giclent à l’impact. Bref, la Géorgie, c’est la boucherie. Avec un peu de chance, il pleuvra pendant leurs matchs et le spectacle sera déplorable. Bref, le rugby qu’on aime.

Parce que si la France est éliminée trop tôt, c’est le petit poucet qu’on pourra supporter. A l’instar du Sénégal en 2002, la Géorgie serait notre chouchou avec tous ses joueurs du Top 14, adoptés par leurs supporters de club.

Parce que Mamuka Gorgodze a toujours moyen de lancer une bonne grosse générale. Mais on va y revenir.

LA SPECIALITE LOCALE

La mêlée boueuse. On attend de voir l’opposition entre l’Angleterre et la Géorgie, pour voir si le cinq de devant anglais peut tordre celui des Géorgiens. Et on met un billet que non.

LE MEC QUI GAGNE A ETRE CONNU

Mamuka Gorgodze. Le colosse de Montpellier, qui a failli signer à Toulon mais en fait non, est une espèce de brute dans le bon comme dans le mauvais sens du terme. Incroyable joueur, il est aussi capable de dégoupiller et de faire dégoupiller l’adversaire. Et en général, il ne s’engage pas à moitié.




L’ENNEMI PRÉFÉRÉ


Roumains et Russes sont des habituels rivaux, mais qui ont encore du mal à gêner les Georgiens.

LE PRONO DE LA REDAC

Tout va se jouer sur le premier match. Face à l’Ecosse, la Géorgie peut réaliser le plus bel exploit de son histoire. Avec un peu de chance, s’il pleut, la Géorgie peut tout miser sur sa mêlée et son huit de devant, pourrir les Britons dans l’axe par de petits «pick and go» et espérer l’emporter. Sinon, ils miseront tout sur le dernier match, face à la Roumanie, pour sauver l’honneur.