Rugby: Fabrice Estebanez, un centre qui a fait quelques détours

COUPE DU MONDE DE RUGBY Titulaire contre le Japon, le grand polyvalent du contingent français savoure sa chance de débuter un match de Coupe du monde...

A.P. à Auckland

— 

Fabrice Estebanez, le 6 septembre 2011 à Takapuna.
Fabrice Estebanez, le 6 septembre 2011 à Takapuna. — F.Fife / AFP

De notre envoyé spécial à Auckland,

Tout roule pour Fabrice Estebanez. Titulaire au centre de l’attaque française pour affronter le Japon en ouverture de la Coupe du monde samedi à North Harbour, l’ancien Briviste est aussi leader du Top 14 avec son nouveau club, le Racing-Metro 92. Un leader à distance. «C'est vrai que ça fait bizarre car je ne suis passé que deux ou trois fois là-bas», sourit celui qui ne quitte plus sa guitare lors de ses soirées néo-zélandaises.

Mais ce n’est pas pour ses talents de guitariste –encore hésitants avoue-t-il– que Fabrice Estebanez doit sa titularisation mais à sa persévérance et la volonté de Marc Lièvremont de donner sa chance à chacun. «Je vais jouer ce match comme si c’était le dernier», annonce l’ancien treiziste.

De la plomberie à la Pro D2

Le rugby à XIII, la plomberie pour boucler les fins de mois et la Pro D2… Fabrice Estebanez n’a que 29 ans mais déjà quelques vies au compteur. Mais quand on le titille sur le sujet, l’intéressé n’a pas l’impression de «revenir de loin». Estebanez ne cherche pas à jouer sur la corde sensible. Son parcours, il l’assume. «Il est atypique mais je n’ai aucun regret. Quand je suis revenu à XV (en 2006), j’avais pour objectif de jouer avec l’équipe de France. Maintenant, je participe à la Coupe du monde. Je prends tout ce qu’il y à prendre.»

>> Du kiwi au petit-déjeuner le blog de notre envoyé spécial en Nouvelle-Zélande

Pour devenir un bon quinziste, le Carcassonnais dit avoir «avoir beaucoup travaillé et surtout regardé les meilleurs pour se hisser à leur niveau». Il ajoute: «On est professionnels, on a toute la journée pour bosser. Il faut juste se donner les moyens.» Balloté des postes d’ouvreur, arrière ou ailier depuis trois ans, Fabrice Estebanez sait qu’il a sa carte à jouer comme trois-quarts centre et doit marquer des points avant le retour de Maxime Mermoz. Pour ce qui est d’effectuer des arpèges de guitare, ça risque de prendre un peu plus de temps en revanche.