F1: McLaren et Ferrari en embuscade

— 

Avec deux victoires en deux Grands Prix, Renault débarque à Melbourne en toute sérénité, à l’image de Fernando Alonso, qui envisage déjà un 2e titre mondial. «J’ai la conviction que nous pourrons être performants lors des 16 Grands Prix encore à courir. C’est un sentiment difficile à exprimer mais en voyant ce dont la voiture a déjà été capable, je n’ai aucun doute sur le fait que nous puissions une nouvelle fois remporter le Championnat », avoue l’Espagnol.
Chez les adversaires de Renault, la pression commence à se faire sentir et notamment dans le stand McLaren, où Kimi Räikkönen accumule les problèmes. « Je rêve d’un week-end tranquille, car je sais que ma monoplace est compétitive et je veux réduire l’écart avant les Grands Prix européens », confie le Finlandais. L’autre rival de Fernando
Alonso,Michael Schumacher, croit lui aussien ses chances et ne s’avoue pas plus impressionné que cela par le champion en titre. «Alonso est un pilote très rapide, mais la vérité c’est que je ne me souviens
pas d’une course durant laquelle l’un de nous deux ait eu une réelle opportunité de doubler l’autre», souligne l’Allemand.
Il n’empêche, un troisième succès deRenault sur le
tracé australien serait un rude coup porté aux autres écuries… et à l’intérêt du championnat du monde.

J. Capton

Même si la FIA ne lui a rien imposé, Ferrari a modifié les ailerons contestés de ses F1. « Nous avons changé car nous avons trouvé une meilleure solution », précise ledirecteur technique de la Scuderia, Ross Brawn.