Basket féminin : l'USVO veut retrouver les sommets

©2006 20 minutes

— 

Et de trois ? Ce soir, à Brno (République tchèque), l'USVO défend ses chances lors du Final Four de l'Euroligue. Victorieuses à deux reprises (pour deux finales perdues), lors des cinq dernières années, les filles de Laurent Buffard ne sont cette fois « que » des outsiders. « Nous ne sommes pas dans la peau d'un favori », confirme le technicien valenciennois. En reconstruction, l'USVO a en effet misé sur la carte jeune cette année et n'avait pas prévu de revenir si vite au plus haut niveau. « L'amalgame entre les anciennes et les plus jeunes a vite pris. Notre groupe est homogène, c'est ce qui fait notre force », confirme l'ailière Sandra Le Dréan, présente lors des quatre dernières finales du club.

De la force, il en faudra à l'USVO. Tombeuses de Bourges en quart et de Mondeville en huitième, les Tchèques se sont spécialisées dans le dépeçage des clubs français. « Elles sont grandes, rapides et adroites », prévient Le Dréan. « Mais maintenant qu'on y est, on n'y va pas en touristes. On rêve de la finale », clame Sylvie, 19 ans, suppléante de Kristy Harrower à la mène.

Il faudra aussi affronter tout un pays venu assister au sacre annoncé de Brno, qui plus est composé en grande partie de la sélection tchèque, championne d'Europe en titre. La clé du succès ? « Contrôler le rebond », analyse Laurent Buffard. Si cet objectif est rempli, « on a les moyens de gêner n'importe qui en Europe », renchérit l'entraîneur. Il sera alors temps de penser à la finale, contre Vilnius ou Samara, qui s'affrontent dans l'autre demi-finale.

Antoine Maes