Fernando : « Je suis confiant pour la suite »

©2006 20 minutes

— 

Interview de Fernando, milieu de terrain des Girondins

Comment analysez-vous votre prestation un peu en demi-teinte de dimanche ?

Je reconnais que cela a été difficile. J'avais les jambes lourdes. A un moment, je ne les sentais plus. J'ai essayé de rester tranquille dans ma zone, de penser à bien récupérer et ne pas faire d'efforts inutiles. Je vais profiter de la semaine qui vient [il est suspendu pour le match à Paris dimanche] pour souffler et récupérer.

A quoi est due votre fatigue et celle de vos coéquipiers ?

C'est un ensemble : l'accumulation de matchs pour ceux qui ont joué le plus ces derniers temps, les premières chaleurs car nous se sommes plus habitués, et enfin la pelouse. Vous l'avez vue, c'est impossible d'apprécier les trajectoires, tu perds du temps lors des contrôles et tu subis immédiatement le pressing adverse. C'est dommage. Heureusement qu'elle va être changée cet été.

Le match contre Nice, dimanche, ressemblait à ceux du début de saison : poussif et peu enthousiasmant...

Oui. Le fait qu'on ait marqué vite nous a mis dans une position d'attente. La pression était alors sur l'adversaire et hormis deux frappes [de Koné et Roudet] et deux coups de pied arrêtés, je ne crois pas que Nice ait été dangereux. On n'a pas fait un grand match, on a évolué trop bas en laissant un peu trop d'espace au milieu, mais on a montré qu'on était bien positionné et solide.

Solide et opportuniste aussi. Bordeaux a repris ses distances au classement. De bon augure pour la fin de saison ?

On est conscient qu'on est une équipe difficile à battre [3 défaites cette saison]. Pour moi, cette 2e place est méritée. On n'est pas là par hasard. On a travaillé dur pour en arriver là. Je suis confiant pour la suite. Il nous reste sept matchs pour décrocher un ticket pour la Ligue des champions, qui serait très gratifiant pour ce club.

Pierre Falar