Guy Novès : «Le véritable début de la saison»

©2006 20 minutes

— 

Interview de Guy Novès, manager général du Stade Toulousain

La victoire en Top 14 contre Agen (19-7) vous a-t-elle rassuré dans l'optique de la rencontre face à Leinster ?

Non, car chaque match est différent. Je suis satisfait de notre 1re mi-temps, mais en colère après notre 2e période. Nous avons manqué de constance, ce qui peut s'expliquer par l'absence des blessés (lire ci-dessous) qui nous empêche de procéder à des rotations.

Vos joueurs se sont parfois montrés indisciplinés, ce qui ne pardonne pas en Coupe d'Europe...

C'est un problème ponctuel. Contre Agen, il faut toujours relever le défi du combat et la pluie a peut-être encore accentué cet aspect. Le jeu agenais actuel n'a plus rien à voir avec celui d'il y a vingt ans... Mais nous ne faisons pas partie des clubs les plus sanctionnés. En Europe, nous sommes même plutôt un exemple de par notre comportement.

Vous allez disputer samedi votre 4e quart de finale européen d'affilée à domicile (après Northampton – deux fois – et Edimbourg). A priori, le plus difficile...

Le match le plus difficile est toujours celui que l'on va jouer... Ceci dit, Leinster est une très grosse équipe qui produit énormément de jeu. On va affronter ce qui se fait de mieux en Europe. Ils vont nous mettre sous pression, et le moindre relâchement défensif nous coûtera cher. Le match ne se présente pas sous les meilleurs auspices car Leinster est en grande forme : il est allé gagner à Bath [23-35 en Coupe d'Europe, voici deux mois...], et neuf de ses joueurs [cinq en fait] faisaient partie de l'équipe d'Irlande qui est allée battre les Anglais à Twickenham [24-28, le 18 mars, lors de la dernière journée du Tournoi des VI nations].

Qu'avez-vous retenu de vos quatre précédentes confrontations européennes (trois succès, une défaite) ?

J'ai retenu qu'on peut les battre, mais qu'ils sont aussi capables de nous mettre une grosse « danse » [40-10 en 2001-02]...

Que représente le fait de jouer au Stadium, et non pas à Ernest-Wallon, votre enceinte habituelle?

Dans l'esprit des joueurs, cela signifie le véritable début de la saison, avec les gros matchs qui commencent. Cela permet aussi à beaucoup plus de monde de venir faire la fête avec nous [Ernest-Wallon peut accueillir 19 000 spectateurs, moitié moins que le Stadium]. On aurait même pu remplir deux fois le Stadium...

Que préféreriez-vous à la fin de la saison : remporter une 4e Coupe d'Europe, ou un 17e titre de Champion de France ?

(Sèchement) A l'heure actuelle, ce qui m'importe, c'est de gagner samedi.

Serge Blanco, président de la Ligue nationale de rugby, évoque un possible boycott de la Coupe d'Europe à partir de 2007-08. Qu'est-ce que cela vous inspire ?

Ce n'est pas notre problème pour l'instant.

Recueilli par N. S.