On a vu pour vous la saison 2011/2012 de Ligue 1 (2/2)

FOOTBALL Economisez le prix d'un abonnement à Canal Plus ou à Orange Foot, 20Minutes a suivi pour vous tous les épisodes de la saison à venir...

Alexandre Pedro

— 

le Lillois Florent Balmont et le Marseillais Benoit Cheyrou lors du trophée des Champions, le 27 juillet 2011, à Tanger.
le Lillois Florent Balmont et le Marseillais Benoit Cheyrou lors du trophée des Champions, le 27 juillet 2011, à Tanger. — NIVIERE/SIPA

Deuxième partie (la première partie est découvrir ici)

Janvier

Comme il reste encore 25 millions dans le fond d’une poche du prince héritier du Qatar, le PSG débauche Mario Balotelli à Manchester City. Antoine Kombouaré tique mais Leonardo rassure: «Mario est un bon garçon, il faut juste qu’il apprenne à sourire».  Malgré un quadruplé en Coupe de France contre le Red Star, Mevlut Erding prend la direction de Newcastle dans le même avion que Stéphane Mbia qui dit avoir reçu des garanties pour jouer numéro 10 «mon vrai poste», malgré la concurrence de Bodmer. Mercato d’hiver toujours, Yoann Gourcuff est prêté jusqu’à la fin de la saison à Lorient, «pour se ressourcer et nous revenir encore plus fort» justifie Jean-Michel Aulas, qui renonce à entamer une grève de la faim pour protester contre les entraves politiques qui empêchent toujours le début des travaux de son OL Land. Même sans Hazard (boudeur depuis son départ avorté pour Malaga), Lille démarre l’année en trombe avec un Obraniak divin qui fait dire à Laurent Blanc que «le problème des  binationaux concerne aussi les petits, blancs et Polonais».

Février

Crise d’octobre en février pour le PSG, Antoine Kombouaré refuse d’être recasé comme directeur du centre de formation et claque la porte. Leonardo assure l’intérim et dirige les entraînements dans la boue mais sans jamais salir son trois-pièces Armani. Petite forme du côté d’Ajaccio où les joueurs attendent toujours leur salaire de janvier. Pourtant, le club corse a réussi à revendre son gardien mexicain Javier Ochoa 15 millions d’euros à Malaga. Dans son nouveau talk-show hebdomadaire sur Cfoot, Frédéric Thiriez vante «l’homogénéité et le suspense hitchcokien d’un championnat où tout le monde peut encore être champion du 1er au 16e». Une façon comme une autre de dire que le Nancy de Jean Fernandez est 2e après quatre victoires d’affilée. Troisième de leur groupe en Ligue des champions, Lyon et Marseille promettent de jouer à fond la Ligue Europa.  

Mars

Après son élimination aux tirs au but contre le Barça en Ligue des champions, le Losc n’a plus la tête au championnat. Benoît Pedretti bat sa coulpe: «Je n’aurais jamais dû tenter cette Panenka, ce geste ne me ressemble pas». Michael Landreau prend sa défense.  Rennes bat Lyon 1-0 grâce un lob de 60 mètres de Stéphane Dalmat et reprend la tête du classement devant le PSG où Luis Fernandez propose ses services. Leonardo préfère poursuivre l’intérim. Pastore paye son triplé contre Dijon et porte son total de buts à cinq. Barré par l’explosion de Neeskens Kebano, Jérémy Ménez prétexte un accident grave de voyageur dans le RER pour avoir sécher le déplacement de  la CFA  à Villemomble. A Marseille, les cambrioleurs qui s’en prenaient aux villas des joueurs sont arrêtés alors qu’ils s’attaquaient pour la troisième fois au domicile de Lucho. Faits divers toujours, les dirigeants d’Ajaccio demandent à disputer leur match à domicile en journée faute de pouvoir payer les factures EDF. Gérard Bourgoin ne voulait plus qu’Auxerre «ressemble à la petite maison dans la prairie». Gagné! Après Fournier,  Roux, Halilhodzić, Alain Perrin se pose sur le banc bourguignon.

Avril

«Est-ce que j’aurais tenté le grand pont sur Gameiro? Non, je ne l’aurais pas tenté.» Consultant Cfoot, Grégory Coupet peine à comprendre le coup de folie de Steve Mandanda lors du Clasico.  Pour son retour en prime-time sur Canal, Rennes mange un 4-2 à Evian. Le début d’une série de sept défaites. «Vous êtes contents, vous avez du spectacle», balance Antonetti à Laurent Paganelli. Lille et le PSG s’envolent en tête alors que dix équipes sont encore en course pour la troisième place. «La Ligue des champions n’est qu’à trois points», positive Bernard Lacombe qui a pris la suite de Garde et oublie de dire que la relégation aussi.  Yoann Gourcuff demande à rester à Lorient mais son père lui fait comprendre que le club n’a pas les moyens de lever l’option d’achat de 20 millions. Bon dernier au classement, l’OGC Nice (désormais coaché par Lionel Letizi) domine celui des cartons rouges avec dix expulsions dont la moitié pour Renato Civelli. Lens sort de la grisaille. A la lutte pour ne pas descendre en National, les Nordistes gagnent la Coupe de la Ligue face à l’OM. Et sans banderole.

Mai

Ligue Europa, championnat, Coupe de France, le PSG ne sait plus où donner de la tête. Pour la Coupe de France, il faudra repasser. Paris s’incline en finale face à Toulouse bien aidé par l’expulsion de Balotelli dans le premier quart d’heure. Cinquante-quatre ans après, le TFC gagne autre chose qu’un titre de champion de Ligue 2, mais Yohann Pelé laisse tomber le trophée du haut du balcon du Capitole. En Ligue Europa, Lyon sort le PSG en demi-finale mais se prend les pieds dans le tapis contre Galatasaray. Jean-Michel Aulas a le Beaujolais OL mauvais en repensant au penalty sifflé dans les arrêts de jeu contre son équipe.

En Ligue 1, le titre hésite entre Lille et Paris. Finalement, le PSG rafle la mise à l’avant-dernière journée. Nicolas Sarkozy et le prince héritier du Qatar sont jetés dans la piscine du Parc par Sammy Traoré qui passait par là. Leonardo qui n’a pas voulu mouiller son nouveau costume Hugo Boss ne dément pas l’arrivée possible de José Mourinho. Grâce à trois victoires de rang, Saint-Etienne passe de la 12e à la 3e place (devant Lyon) et gratte son billet pour la Ligue des champions. Jérémie Janot décide de camper pendant un mois sur la pelouse de Geoffroy-Guichard. Auxerre, Nice et Ajaccio prennent l’ascenseur dans le mauvais sens. «J’espère qu’en Ligue 2 on sera arbitré comme les autres», commente Olivier Pantaloni. Un peu à court financièrement après les indemnités versées à Laurent Fournier, Alain Perrin et Vahid Halilhodzić, l’AJA repart pour la L2 avec Guy Roux comme entraîneur bénévole. «Je prendrai juste un pourcentage sur les recettes de la buvette.»