« J'ai les larmes aux yeux en pensant au Tour »

— 

Christophe Kern a été contraint à l'abandon, hier, lors de la 5e étape du Tour de France. En pleine forme en juin, le coureur Europcar a été rattrapé par une tendinite au genou gauche.

Christophe, comment allez-vous physiquement après votre abandon ?
Après les championnats de France (fin juin), j'avais une petite douleur au genou, à celui où j'avais eu mal en début d'année. Mais je n'étais pas inquiet. Et puis après le contre-la-montre par équipes de dimanche, la douleur est devenue plus aiguë. Lundi et mardi, ça faisait très mal, je savais quelle issue ça allait prendre. Et aujourd'hui [hier], elle est devenue insupportable. C'est dur à accepter.
Le moral est touché ?
Il est à zéro. Je pense que je vais mettre un petit moment avant de refaire surface. J'étais venu avec des ambitions, car j'avais une superbe forme et je ne verrai même pas les Pyrénées ni les Alpes.
Combien de temps

pensez-vous être arrêté ?
Je n'espère pas trop longtemps. Car si ça excède cinq à six semaines, il va être difficile de redevenir compétitif. Je rentre en Alsace aujourd'hui. Je vais passer une échographie ensuite. Il va falloir que je parte me mettre au vert dans un endroit où l'on ne parle pas du Tour. Car ce sera trop dur de le regarder à la télé ou de rencontrer des gens qui m'en parleront. J'ai les larmes aux yeux en pensant au Tour.recueilli par F. H.

Voeckler rattrapé à 2 km de l'arrivée

Thomas Voeckler a animé la fin de la 5e étape, hier. Le coureur d'Europcar s'est échappé avec Jérémy Roy (FDJ) à 32 km de l'arrivée au Cap-Fréhel. Mais il a été rattrapé à 2 km de l'arrivée. C'est Mark Cavendish (HTC) qui a réglé le peloton au sprint. Au classement général, Voeckler est 28e à 1'15'' du maillot jaune Thor Hushovd (Garmin-Cervelo).