Lionel Beauxis, Rouge et Noir au cœur bleu

Nicolas Stival

— 

Beauxis a passé cinq ans à Paris.
Beauxis a passé cinq ans à Paris. — A. REAU/SIPA

Comme Timoci Matanavou (Mont-de-Marsan, Pro D2) et Carl Hoeft (Castres), Lionel Beauxis a fait hier ses premiers pas à Ernest-Wallon. « C'est comme une rentrée des classes, note timidement l'ancien ouvreur du Stade Français. On est excités, mais on a aussi un peu peur. » Après cinq saisons parisiennes, le Tarbais de 25 ans, formé à Pau, s'est rapproché de ses racines. « J'avais envie de revenir dans le sud, précise ce joueur râblé (1,80 m, 86 kg), déjà approché par les Rouge et Noir l'an dernier. Quand une équipe comme Toulouse vous appelle, on ne crache pas dessus. » Le champion du monde des moins de 21 ans en 2006 espère relancer une carrière stagnante.

Novès est « accro »
« Il a une grosse marge de progression, juge Guy Novès. Comme Jean-Marc Doussain, il sera ici dans les meilleures conditions pour passer à la vitesse supérieure. On verra si le pari est gagnant et si on le retrouve en équipe de France. » Beauxis (15 sélections) n'a plus évolué en Bleu depuis deux ans. « Cela fait partie de mes objectifs », confesse le successeur de David Skrela et futur concurrent de Doussain et de Luke McAlister. Pour cela, le Bigourdan, souvent résumé à son jeu au pied, devra étoffer sa palette. « Il a aussi des qualités physiques extraordinaires, précise Novès. Je suis accro à ce genre de joueurs. Maintenant, il faut notamment améliorer sa technique. » Beauxis veut d'abord « faire (son) petit nid » à Toulouse, et intégrer un système de jeu « plus instinctif » qu'à Paris. W

Effectif réduit

Entre les internationaux, les moins de 20 ans français et la plupart des étrangers, près d'une vingtaine d'éléments manquaient à l'appel hier pour une reprise axée sur le footing et la musculation. Elissalde et Bru sont encore en vacances.