« Colomiers a sa place en Pro D2 »

Recueilli par Nicolas Stival

— 

Les derniers espoirs de maintien de Colomiers se sont évanouis la semaine dernière, avec le sauvetage du Stade Français. Avant-dernier de Pro D2, l'USC évoluera au troisième niveau national en septembre. Elle ne compte pas y rester longtemps, comme le confie son président Alain Carré.

Comment avez-vous géré ces semaines d'incertitude sportive ?
On a préparé la Fédérale 1 en essayant de trouver des joueurs capables de jouer en Pro D2. Il y a d'abord eu des doutes sur la situation de Bourgoin, puis de Dax, ensuite de Narbonne, dont le cas a traîné une trentaine de jours, du Stade Français et un peu de Périgueux. Et on se retrouve tout de même en Fédérale 1… Nous n'avons pas trop travaillé dans la sérénité.

Quelles ont été les conséquences pour l'effectif ?
Je n'ai pas pu retenir tout le monde, mais on n'est pas mal malgré tout. Des cadres sont restés. On a perdu toute notre première ligne, mais on a une deuxième ligne d'attaque, une bonne troisième ligne, une charnière pas mal et des lignes arrière performantes.

Quel est l'objectif de Colomiers ?
Notre ambition est de remonter. Je fais confiance à nos entraîneurs (Pierre-Henry Broncan et Olivier Baragnon) qui ont énormément bossé. Depuis que je suis président (en 2004), Colomiers a évolué deux fois en Fédérale 1, et a été deux fois champion (en 2005 et 2008). Il vient d'y avoir un accident, puisqu'on est descendus avec tout de même 55 points. Tout le monde autour de moi a remis la main à la poche, et la municipalité nous a aussi aidés. Colomiers a sa place dans le secteur professionnel, en Pro D2.

Quel sera le budget ?
Il passe de 4 à 2,5 millions d'euros. Ce sera l'un des plus gros de Fédérale 1. Même s'ils sont en baisse de 30 %, nos salaires figurent aussi parmi les plus importants.

Dix-huit départs, seize arrivées… Le recrutement est-il bouclé ?
On attend encore quelqu'un derrière. C'est un joueur de bon calibre. W

Delmas, l'espoir

Le pilier Victor Delmas (20 ans) a signé des prestations de haut niveau avec l'équipe de France des moins de 20 ans, quatrième de la Coupe du monde en Italie (du 10 au 26 juin). Malgré la descente en Fédérale 1, Colomiers a réussi, non sans mal, à le conserver. « Il avait beaucoup de contacts, mais on l'a gardé, se félicite Alain Carré. C'est une bonne chose. Pour lui, travailler avec Pierre-Henry Broncan sera un atout supplémentaire. Il va rester au moins un an, et même deux si l'on remonte en Pro D2. »