L'Olympique lyonnais rompt avec ses habitudes

Stéphane Marteau

— 

Après trois jours passés à Tola-Vologe, Robert Duverne (à d.) et le staff de l'OL vont prendre de la hauteur en Autriche
Après trois jours passés à Tola-Vologe, Robert Duverne (à d.) et le staff de l'OL vont prendre de la hauteur en Autriche — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

A l'OL, il n'y a pas que l'entraîneur qui change. Le club a également mis fin à une longue tradition en décidant de ne pas se rendre à Tignes pour effectuer son stage de préparation comme c'était le cas depuis 1998. Cette année, c'est la station de Zell am See (Autriche) qui a été retenue. Un choix voulu par Claude Puel mais qui a été validé par son successeur. « Dans mon esprit, il n'était pas question de mettre fin systématiquement à tout ce qui avait pu se passer auparavant, souligne Rémi Garde. La saison avait été préparée de manière très professionnelle par le staff précédent. Certes, il y a certaines choses que j'ai souhaité modifier, d'une part parce qu'elle ne me plaisait pas et d'autre part parce qu'il était encore possible de le faire. Mais cela ne m'a pas dérangé de maintenir le stage en Autriche qui était prévu de longue date, même si certaines personnes avaient leurs repères à Tignes. »
Depuis hier, la délégation lyonnaise a donc pris ses quartiers dans cette station située à 750 m d'altitude dans les Alpes autrichiennes où elle résidera durant une semaine. Hugo Lloris, Anthony Reveillère, Kim Källström, Dejan Lovren et Miralem Pjanic, qui ont bénéficié de trois jours de repos supplémentaires suite aux matchs internationaux disputés au début du mois de juin, ont rejoint les vingt joueurs présents dès jeudi pour la reprise de l'entraînement. Le groupe Pro 2, composé de vingt éléments, a également effectué le déplacement. Mais il séjournera dans un hôtel différent et ne devrait pas être concerné par le premier match de préparation qui ponctuera ce séjour prévu vendredi contre Salzbourg, le vice-champion d'Autriche.