n'guemo peut-ilfermer derrière lui ?

rémi bostsarron

— 

C'est l'avantage quand un joueur exprime si tôt son désir de partir : Alou Diarra ne sera pas resté longtemps sans remplaçant. Dès que Bordeaux et Marseille sont tombés d'accord pour le transfert du capitaine de l'équipe de France, les Girondins ont annoncé l'arrivée de Landry N'Guemo. « On a anticipé, on a des pistes », avait confié Francis Gillot. On peut même dire que l'ancien milieu nancéien n'attendait plus qu'un signal pour foncer en Gironde, où il sera présenté aujourd'hui.

Moins chers et plus jeunes
Comme Nicolas Maurice-Belay, débarqué une petite semaine avant lui, N'Guemo présente l'avantage d'être gratuit, puisqu'il était arrivé en fin de contrat dans son club formateur. Numériquement, Bordeaux a donc remplacé deux trentenaires grassement rémunérés par deux natifs de 1985 aux émoluments bien inférieurs. La logique annoncée pour l'été est respectée.
Puisqu'il n'y a, selon Jean-Louis Triaud, « pas d'enveloppe » allouée au recrutement, Bordeaux compense les départs sans se ruiner tout en assurant le rajeunissement de son effectif, déjà amorcé par les nombreux retours de prêt (Saivet, Sertic, Traoré, Krychowiak). A moins d'un effort de l'actionnaire principal, M6, pour fournir à son club le buteur confirmé forcément coûteux qui lui fait défaut, la campagne de recrutement bordelaise pourrait donc se distinguer par sa furtivité. Seuls les éventuels départs de Jaroslav Plasil et de Benoît Trémoulinas semblent en mesure de changer la donne.

Une semaine à anglet

Arrivés hier à Anglet, les Girondins vont y passer un stage d'une semaine. Des entraînements sont programmés tous les matins (10 h), avec même une deuxième ration l'après-midi (17 h) aujourd'hui, mercredi et vendredi, avant le premier match amical d'avant-saison face au champion de France lillois, samedi (18 h 30), à Saint-Jean-de-Luz.