Pour l'OL, Jean-Michel Aulas «ne promet pas la lune, mais un peu plus de soleil»

FOOTBALL Le président lyonnais veut tourner la page Claude Puel, avec un peu moins d'ambitions...

Propos recueillis par Jérôme Pagalou , à Lyon

— 

Le président lyonnais Jean-Michel Aulas, le 20 mars 2011, à Lyon.
Le président lyonnais Jean-Michel Aulas, le 20 mars 2011, à Lyon. — R.PRATTA/REUTERS

Accompagné de Bernard Lacombe, le président Aulas a profité de la reprise de l’entraînement de l’OL ce jeudi pour évoquer la prudence du club sur le marché des transferts, mais aussi ses désirs d’ouverture et d’humilité pour cette nouvelle saison.

Pourquoi une telle discrétion sur le marché des transferts pour l’OL?

Nous comptons aujourd’hui un effectif de 31 joueurs professionnels (privé jeudi des 12 internationaux, dont les 6 moins de 20 ans préparant le Mondial en Colombie). C’est au-dessus du nombre de joueurs que l’on souhaite avoir et il y aura donc des ajustements avec un certain nombre de départs envisageables, dont Kim Källström, à qui il ne reste qu’une année de contrat. Il faut redescendre à 28 ou 29 pros. Si après, il devait y avoir d’autres départs à des postes particuliers, il y aura des arrivées (Ndlr : Rémi Garde a notamment ciblé pour un milieu de terrain défensif, et sans doute aussi un défenseur central). Nous n’avons à ce jour aucune offre ferme depuis les fins de contrats de «Chelito» Delgado et Pape Diakhaté, et le transfert de Jérémy Toulalan (10 millions d’euros + 3 de bonus). Mais le mercato ne démarre officiellement que le 1er juillet en Espagne et en Italie…

Quelle est notamment votre position sur le dossier Michel Bastos, annoncé à la Juve?

Une équipe de chez nous est allée rencontrer les dirigeants de la Juventus mercredi. Cela n’a pas pu se faire. Par contre on doit avoir un nouveau contact avec la Juve à partir du 5 juillet. Mais il n’y a aujourd’hui pas d’offre qui lui permette de partir. Il y a donc plus de chances de le voir dans l’effectif de l’OL au 30 août que de le voir ailleurs.

Cette politique de réduction d’effectif signifiera-t-elle une baisse des ambitions du club?

Nous sommes lucides : il y a des problèmes économiques dans le football. Nous en avons trop fait dans le passé (sur le marché des transferts). Quand il y a trop de joueurs, il y a 38 compositions d’équipes différentes en 38 journées comme la saison passée… Beaucoup d’internationaux ne jouaient pas et les jeunes réclamaient aussi du temps de jeu. Moins de joueurs ne signifie pas moins de qualité. Quand on voit cet effectif de qualité, on ne va pas fixer d’ambition démesurée mais on ne va pas non plus faire de misérabilisme. Laissez-nous espérer que les valeurs vont prendre le pas sur la qualité de l’effectif sur le papier.

Quelles seront ces valeurs?

Il y a longtemps que je n’avais pas trouvé la solidarité qu’il y a actuellement. Il faut dire que Rémi (Garde) a un atout considérable : il fait l’unanimité à son arrivée dans le club et autour du club. On sent que quelque chose s’est passé, une respiration s’est créée. On s’est remis en cause, moi le premier et avec Bernard (Lacombe). Un nouveau souffle est venu sur l’OL, un souffle de jeunesse mais aussi d’expression de valeurs avec plus d’entraînements ouverts au public, à la presse, plus de contacts avec les supporters après les matchs. Le foot professionnel était d’ailleurs un peu trop refermé et on va essayer progressivement de l’ouvrir. Je ne vous promets pas la lune mais je vous promets de faire en sorte qu’il y ait un peu plus de soleil. Nous serons plus humbles d’une manière générale dans nos déclarations. Mais vous aimiez bien qu’il y ait au moins un candidat au titre déclaré grâce à nous, non (sourire)? On ne vous le dira pas cette année. On est candidat à une 12e qualification consécutive pour la Ligue des champions.

Dans quelles dispositions revient Yoann Gourcuff, après sa première saison très difficile à Lyon?

Il y a des joueurs qu’on va considérer comme arrivants car on ne les a pas trop vus l’année dernière, et il en fait partie. J’ai toujours eu confiance dans Yoann. Je viens de le voir souriant à la reprise de l’entraînement. Il est parti pour bien entretenir son mental et son physique. Il arrive dans d’autres dispositions. Et vous verrez, il est transformé physiquement….