Gillot Encore loin du compte

Rémi bostsarron

— 

Francis Gillot (de dos) a fait connaissance hier avec ses joueurs, mais devra patienter pour pouvoir tous les observer.
Francis Gillot (de dos) a fait connaissance hier avec ses joueurs, mais devra patienter pour pouvoir tous les observer. — Gilles arroyo/20minutes

Ce sont des images qu'on ne reverra plus. Le premier entraînement de la saison bordelaise, hier matin, ne ressemblera certainement pas aux suivants : Francis Gillot n'a pu dispenser ses consignes qu'à un groupe exceptionnellement restreint de joueurs, dix-neuf professionnels sur la trentaine que comptent les Girondins. Alors que les internationaux mobilisés en juin (Diarra, Carrasso, Plasil, Diabaté et Lamine Sané) profitent d'un rab de vacances, certains de leurs camarades repartis dans leur pays lointain (Jussiê, Wendel et Traoré) ont officiellement connu des problèmes de transport sur le chemin du retour. Quant à l'insaisissable Fernando Cavenaghi, qui a rompu son contrat de prêt avec les Brésiliens de l'Internacional Porto Alegre, Jean-Louis Triaud n'a plus de nouvelles de lui « depuis huit jours ».

Les joueurs doivent se montrer
Le nouvel entraîneur bordelais, qui a établi un contact très souriant avec les supporters, devra donc patienter pour se faire une idée du travail à accomplir. « Je ne fais pas de prévisions à long terme, explique-t-il. Aujourd'hui, je ne sais avec qui je vais jouer. Je leur ai dit de me montrer des choses. Je choisis en fonction de ce que je vois. »
Le discours a visiblement été entendu par ses protégés, particulièrement appliqués hier, lors d'une séance qui a déjà permis à Francis Gillot et à ses deux adjoints de se distinguer de Jean Tigana en remettant au goût du jour l'un de ces exercices de conservation de balle qu'affectionnait Laurent Blanc. Mais la bonne volonté de ses hommes ne suffira pas au bonheur de l'ancien coach sochalien. « Pour le moment, je ne peux pas dire si ce groupe me plaît, assure-il. Là, c'est la rentrée des classes, c'est très bien, tout le monde il est beau, tout le monde a le nouveau cartable. Mais c'est après, quand on va faire les matchs de préparation, que les difficultés vont peut-être arriver. »
Pour éviter de ramer dans cet océan d'incertitudes, Jean-Louis Triaud a déjà prévu une bouée. Selon lui, cet effectif aux contours encore mal défini visera « le maintien ». Et si d'aventure certains ne jugeaient pas cette feuille de route crédible, pour un sextuple champion de France, le président bordelais a la solution : « on fera semblant. »