Droits télé: «Je ne vois pas Al-Jazira venir pour faire l'épicier»

FOOTBALL Economiste du sport, frédéric Bolotny analyse les candidatures à l'appel d'offre pour la diffusion de la Ligue 1 et de la Ligue 2...

Propos recueillis par Antoine Maes

— 

Une caméra filme le match entre Paris et Wolfsburg, en février 2009, au Parc des Princes.
 
Une caméra filme le match entre Paris et Wolfsburg, en février 2009, au Parc des Princes.   — A.REAU/SIPA

La fin du suspens. Mardi, Orange , Canal+ et Al-Jazira ont déposé leur candidature à la LFP pour les droits audiovisuels de la Ligue 1 et de la Ligue 2 de 2012 à 2016. Après des menaces de baisse, Frédéric Thiriez espère ramasser 660 millions d’euros pour ses clubs. La réponse tombera vendredi. L’analyse de Frédéric Boltony, économiste du sport.

Pensez-vous que l’appel d’offre concocté par la LFP va suffire à limiter la casse?

Il faudrait une boule de cristal pour ça. C’était l’appel d’offre le plus problématique, avec le désengagement d’Orange. Et avec 57% des recettes des clubs qui proviennent de ces droits, la télé-dépendance est historique. Mais c’est fort ce qu’a fait la Ligue. Elle a développé une vraie expertise qui maximise les ressources.

Comment analysez-vous l’arrivée d’Al-Jazira parmi les candidats?

C’est la surprise du chef. Et je vois mal Al-Jazira se positionner comme un épicier. On parle même d’un rachat d’Orange Sport. La logique va ressembler à celle du Canal + du début: être à la fois dans le capital d’un club (le PSG) à et diffuseur. On est au-delà de la rentabilité directe.  C’est ce qui s’appelle l’intégration verticale. Ils vont essayer d’intégrer toutes les étapes de la chaîne de fabrication du foot-spectacle, pour valoriser au mieux les contenus.

Au final, on a l’impression que le LFP va beaucoup mieux s’en tirer que prévu…

A court terme, la perspective était très compliquée. Mais à long terme, entre l’Euro 2016 et le fair-play financier… Ces deux dernières années, les finances sont beaucoup plus propres. La création de CFoot, pour faire peur à Canal, était une très bonne idée. Et puis ce concurrent de dernière minute est sorti du chapeau. Al-Jazira, pour la Ligue, c’est une bénédiction.