L'image des footballeuses décolle chez Panini

INSOLITE Les ventes du premier album Panini dames explosent les prévisions…

Julie Lévy-Marchal

— 

La double page de l'album Panini consacré au Mondial de football féminin 2011.
La double page de l'album Panini consacré au Mondial de football féminin 2011. — Panini

Au bonheur des dames. Alors que le foot féminin peine à s’imposer en France, malgré la victoire des Lyonnaises en finale de la Ligue des champions, il semble trouver, hors de nos frontières, un terrain plus favorable. Panini, le célèbre éditeur italien de stickers, doit ainsi faire face au succès de l’album lancé en avril dernier et consacré exclusivement au foot féminin.

Réimpression d'images

 

Les 4,5 millions de paquets de vignettes que l'éditeur comptait écouler ont déjà trouvé preneurs chez les grossistes, et Panini a déjà dû en réimprimer un million supplémentaire pour illustrer l’album déclinant sur 40 pages les seize équipes qualifiées pour le Mondial.

Même si on est loin des 90 millions de paquets vendus en Allemagne au moment de la Coupe du monde hommes 2010, Panini a senti le bon filon en ciblant l’Allemagne, qui héberge cet été  la Coupe du Monde 2011 dames (26 juin-17 juillet). Pas fou, Panini n’a sorti l’album «Mondial 2011» qu’outre-Rhin, où le football féminin est très populaire grâce au succès de son équipe nationale, qui a remporté les deux derniers titres mondiaux (2003, 2007).

Devenu un «it-sujet», la chaîne ZDF a profité de la visite de Silke Rottenberg, sacrée deux fois championne du monde et commentatrice pour la chaîne pendant le Mondial, pour l’interroger sur l’album: «J'ai fait beaucoup d’albums dans mon enfance. Maintenant que je suis  adulte, je vais être obligée de m’y remettre! Panini, c’est culte.»

«Barbie Nationalmannschaft»

Culte, mais compliqué. Peu habitué à collaborer à la promotion du foot des filles, le monde du ballon rond a rendu la construction de l’imagier «difficile», a convenu Mme Fröhler, responsable de la communication de Panini en Allemagne. Ainsi, le Mexique a-t-il d'abord envoyé les photos de l'équipe masculine. Et Panini a utilisé par erreur des images identiques pour deux joueuses nord-coréennes portant le même nom «Hwa», a-t-elle indiqué. Enfin, pour ne froisser personne, l'éditeur a renoncé à indiquer le poids des footballeuses, alors que c'est la norme dans les albums des footballeurs, a précisé Mme Fröhler.  

Au moment de sa sortie, Frank Zomerdijk, le responsable de Panini Allemagne, semblait naviguer à vue: «Nous ne savons pas vraiment quelle est notre cible pour cet album et c'est pourquoi il est difficile de faire des prévisions de vente, mais si l'ambiance festive de la Coupe du Monde 2006 est à nouveau rendez-vous, Panini va faire des bénéfices.» Il est rassuré depuis.

D’autant qu’il a fait des émules. La fédération allemande a sorti une «Barbie Nationalmannschaft»: shorts,  maillots, et chaussettes de foot, aux couleurs de l’équipe d’outre-Rhin. Qui a dit que les footballeuses n’étaient pas sexys?