Bordeaux inventel'ambition sans objectif

rémi bostsarron

— 

Le président Jean-Louis Triaud .
Le président Jean-Louis Triaud . — A.REAU/SIPA

Contre qui le Bordeaux nouveau se fera-t-il les dents ? A l'heure de la présentation du calendrier de la prochaine saison de Ligue 1, aujourd'hui, on se souviendra que l'an passé, les Girondins de Jean Tigana avaient vu leur début d'exercice plombé par deux défaites, à Montpellier (1-0) puis dans le derby de la Garonne, face à Toulouse (1-2). Un début forcément gênant, pour une équipe qui postulait officiellement à une place européenne.

Gillot demande de la patience
Ce raté initial, qui avait souligné d'entrée le décalage entre le discours des Bordelais et les moyens réels d'une équipe convalescente, a sensiblement refroidi Jean-Louis Triaud. Le président bordelais estime désormais que « fixer un objectif, c'est un effet de langage pour se faire plaisir, mais ça ne sert à rien ». Francis Gillot, affirme d'ailleurs que même entre eux, le sujet « n'a pas encore été évoqué ».
Le nouvel entraîneur bordelais se trouve ainsi délesté d'une pression encombrante et peut se permettre de demander au public d'être « patient », « On ne peut pas reconstruire une équipe en deux ou trois mois, prévient-il. Il va falloir peut-être un peu plus de temps. » Reste que pour les Girondins, ténors historiques, avancer masqué s'annonce ardu. « Malgré tout, on ne va pas viser la deuxième partie de tableau, concède Jean-Louis Triaud, qui attend un classement « meilleur que ceux des deux dernières saisons ». Faire mieux que premier non-européen, donc, sans être candidat à l'Europe.

Saunier s'en va

Le défenseur bordelais Matthieu Saunier (21 ans), prêté à Troyes la saison dernière, a été définitivement transféré dans l'Aube. Formé aux Girondins, il dispute actuellement le festival Espoirs de Toulon avec l'équipe de France des moins de 21 ans.