Toulouse fait le grand 18

jEREMY DESOBLIN

— 

C'est un luxe que seul Toulouse peut s'offrir dans le rugby français : être moyen et gagner quand même. Brouillons et tout sauf inspirés face à Montpellier (15-10), les Stadistes ont fait le job en fin de match pour arracher un 18e Bouclier de Brennus samedi au Stade de France. La force de l'habitude, sans doute. Ce surplus d'expérience qui explique que malgré les échecs au pied de Skrela (3/8 face aux perches), le nombre incalculable de ballons tombés et d'occasions manquées, les joueurs de Novès n'ont jamais paniqué ni lâché leur emprise sur une rencontre dominée de bout en bout.

« On ne retient que la victoire »
« Sur la saison, je pense qu'on le mérite, avoue le centre Yannick Jauzion, pas vraiment du genre à cracher dans la soupe après avoir connu une saison galère. Sur ce match, on n'arrivait jamais à conclure, le ballon était glissant, le terrain arrosé… » Jusqu'à ce que les Montpelliérains, vaillants mais inoffensifs – en dehors de l'exploit personnel de leur ailier Timoci Nagusa, auteur du seul essai du match, meurent d'épuisement après avoir défendu pendant 70 minutes. Jauzion conclut : « Ce qu'on retient, c'est la victoire. C'est tout. » Et à voir l'ivresse des joueurs au coup de sifflet final, c'est forcément suffisant.W

Blessure

Inquiétude pour William Servat. Blessé à un genou dès les premières minutes, le talonneur internationnal a été contraint de céder sa place à la 31e.