Formule 1: la France reste au point mort

©2006 20 minutes

— 

Même si elle a décroché la saison passée les deux titres mondiaux (pilotes et constructeurs), l'écurie Renault est l'arbre qui cache la forêt en France. Plus aucun pilote titulaire, un Grand Prix dont l'affluence ne tient qu'au nombre d'invitations achetées et distribuées par des sponsors... Notre pays est devenu l'un des parents pauvres de la F1 et le départ annoncé de Michelin en fin de saison ne va pas améliorer la situation.

L'écurie Renault, qui affiche fièrement ses couleurs tricolores, pourrait donner sa chance à certains pilotes. Mais son boss, Flavio Briatore, ne semble guère apprécier les pilotes français. « Quand j'étais chez Benetton, j'ai pris Jean Alesi et il était aux « Guignols » tous les soirs. Si personne n'appelle Bourdais, ce n'est pas de ma faute et il y a peut-être une raison », explique l'Italien. Autre problème pour les pilotes français : l'absence d'une marque majeure susceptible de soutenir un jeune talent, à l'image de la filière Elf il y a vingt-cinq ans, qui avait notamment propulsé Alain Prost en F1. Or, si les équipes de pointe n'ont pas besoin de l'apport financier des sponsors d'un pilote, le reste du plateau est avide de dollars, un volant pouvant se monnayer 6 millions d'euros.

Quant au Grand Prix de France, vitrine de la Formule 1 dans l'Hexagone, il a été installé à Magny-Cours en 1991 pour des raisons politiques. « Le circuit de Nevers Magny-Cours est situé au milieu de nulle part. Les tarifs exorbitants pratiqués n'aident pas à apprécier ce no man's land », fait remarquer la société néerlandaise Easy Grand Prix, chargée de vendre des places pour toutes les courses. La seule bonne nouvelle pour la F1 en France concerne la télévision : En 2005, TF1 a enregistré une nette hausse des audiences et a du coup reconduit son contrat d'exclusivité jusqu'en 2012.

Jérôme Capton

les chiffres 6 Le total des circuits ayant accueilli le Grand Prix de France. 9 pilotes français ont disputé au moins un Grand Prix en 1989 : Alesi, Arnoux, Alliot, Bernard, Dalmas, Grouillard, Prost, Gachot et Raphanel. 65 pilotes français ont participé au championnat du monde depuis 1950. 120 000 spectateurs. L'affluence enregistrée lors du GP de France 2001. Cette année, 88 000 personnes sont espérées. 115 millions Le budget en euros de l'écurie Renault, contre 400 millions pour Toyota.