PSG : autopsie d'un désastre annoncé

©2006 20 minutes

— 

Comme il en a l'habitude, Guy Lacombe a certainement revu dans la nuit le match nul – dans tous les sens du terme – de ses hommes face à l'équipe réserve de Marseille (0-0). Le constat est limpide. Avec sept matchs consécutifs sans victoire en L1, le club de la capitale a enterré définitivement ses ambitions de Ligue des champions. Une triste fin de saison s'annonce pour le club de la capitale, qui accumule les désillusions depuis le limogeage de Laurent Fournier, fin décembre.

Outre les résultats, c'est la manière qui doit interpeller Guy Lacombe, dont le caractère sanguin et les choix tactiques décidément bien frileux ne semblent pas convenir au PSG. Le triste bilan du coach aveyronnais depuis son arrivée dans la capitale ? Onze points en dix matchs... Face à l'équipe bis de l'OM, Lacombe n'a titularisé que 3 joueurs à vocation offensive (Pauleta, Kalou et Rodriguez) et a mis une mi-temps avant de faire rentrer Jérôme Rothen, sans doute le moins mauvais joueur parisien dimanche avec un autre remplaçant, Paulo Cesar. En outre, Paris pouvait-il s'offrir le luxe de se passer des services de Vikash Dhorasoo, titulaire en équipe de France mais joueur de CFA sous Guy Lacombe ? Après le match, le coach parisien préférait mettre l'accent sur les failles de ses troupes : « Mes joueurs, ce sont des hommes. Ils étaient perturbés par les événements de la semaine, je les excuse un peu. »

Force est de constater que sans son buteur miracle Pauleta, invisible dimanche, le PSG est une équipe ordinaire. A l'image de Bernard Mendy, l'homme aux deux pieds gauches, conspué par le Parc des Princes et remplacé au bout d'une demi-heure. « Bernard a commencé à être pris à partie par le public, explique Lacombe. Je l'ai sorti parce que c'était injouable pour lui. » A Paris en ce moment, c'est injouable pour tout le monde.

S. B. et F. C.