Coupe de France: Michel Seydoux, le président du Losc, «aime les happy-end»

FOOTBALL Entre la Coupe de France, le sprint final en Ligue 1 et le festival de Cannes, le président nordiste à des journées chargées...

A Lille, François Launay

— 

Michel Seydoux, le président du Losc, le 2 avril 2011, à Villeneuve d'Ascq.
Michel Seydoux, le président du Losc, le 2 avril 2011, à Villeneuve d'Ascq. — B.CHIBANE/SIPA

Le président du Losc s’apprête à vivre samedi sa première finale de coupe de France. Mais quelque soit le résultat, le dirigeant a prévu de rester sobre. Car ce producteur de cinéma dans le civil préfère attendre la fin du film de la saison pour enfin se lâcher.

Pour vous qui êtes Parisien d’origine, cette finale doit être un crève cœur?

Pas du tout, je n’ai jamais été fan du PSG. Si il y a un club dans lequel je me reconnaissais plutôt dans ma jeunesse, c’était St Etienne et la fameuse épopée des Verts.

Est-ce qu’à Paris, il y a un joueur que vous aimeriez faire venir à Lille?

Non, c’est plus chez nous qu’ils devraient s’inspirer. Après je respecte Paris qui est une équipe qui produit du très beau jeu cette année. C’est pour ça que l’affiche est très belle. Mais je suis très content de ce que j’ai.

Est-ce vous êtes quelqu’un d’émotif?

Pas spécialement, j’ai appris dans ma vie professionnelle à garder mes émotions et à avoir du self control. Le reste n’est réservé qu’à mon cercle d’intimes.

Ca veut dire qu’il est inconcevable de vous voir péter les plombs si Lille remporte samedi sa première coupe de France depuis 56 ans?

Non qu’on gagne ou qu’on perde, je me projetterai tout de suite sur le match de Sochaux mercredi en championnat. Et puis je pars aussi lundi à Cannes pour présenter en compétition officielle le film « Pater » que j’ai produit. Je n’aurai pas le temps de faire des excès. Par contre le 29 au soir, date de la dernière journée, je pourrais faire péter le champagne et boire une coupe de trop.

Surtout si Lille réalise le doublé…

Pour l’instant on n’a rien gagné. Il reste quatre matchs. Après  même si j’ai beaucoup d’admiration pour Poulidor, je préfère Bobet. Et puis souvent les bons films ont des bons scénarios. Moi qui aime beaucoup les comédies romantiques, j’aime les happy end,  quand tout le monde s’embrasse à la fin….