Djordjevic, une source de buts dans le désert du FCN

— 

Cela va faire bondir certains aficionados du FC Nantes, mais on pourrait presque envisager de faire une statue à l'effigie de Filip Djordjevic dans le centre-ville. Buteur providentiel pour le maintien il y a un an contre Ajaccio (1-0), le Serbe a réédité la performance, mardi soir, contre Istres (2-1). Il a inscrit le deuxième but plein de sang-froid quasiment synonyme de maintien pour les Canaris.
Avec onze réalisations, ses statistiques sont remarquables. D'autant qu'il n'a pas toujours été aidé par ses coéquipiers… « onze buts dans une attaque pas flamboyante ce n'est pas mal, reconnaît Guy Hillion, le coordinateur sportif du FCN. Sachant en plus que les soutiens n'étaient pas toujours là… Dans une formation de qualité et plus consistante, il peut doubler son total de buts. » Au FC Nantes, la saison prochaine, peut-être ? « Je suis partisan de le garder mais on ne maîtrise pas le domaine financier », répond Hillion. Djordjevic (23 ans), à qui il reste un an de contrat, représente une vraie valeur marchande. Et ça, le président Kita l'a en tête. Dans son style d'attaquant « très atypique, racé », selon Anziani, Djordjevic a pris une nouvelle dimension cette saison. Christian Larièpe, l'ex-directeur sportif nantais qui est allé le chercher à Belgrade en janvier 2008, n'est guère surpris : « Je n'ai jamais douté de lui. A Nantes, comme beaucoup, il a eu du mal à s'intégrer. Tout le monde ouvrait sa bouche sur lui… Il a eu une blessure au petit orteil qui l'a gêné et il a un peu pataugé dans le bordel du FCN. Mais j'ai toujours cru à son explosion… Il fallait de la patience avec lui comme pour beaucoup dans la post-formation ! »
Le souci est que le FC Nantes n'a jamais eu le temps ces derniers temps.D.P.