Ligue 1 : Pour le PSG, c'est le bal des occasions manquées

FOOT Face à Monaco (1-1), samedi, les joueurs de Kombouaré ont une nouvelle fois raté une occasion de or de distancer Lyon et de mettre la pression sur Marseille...

B.V.

— 

Claude Makelele au duel avec Haruna, le 7 mai 2011
Claude Makelele au duel avec Haruna, le 7 mai 2011 — V.HACHE/AFP

Ce n’est qu’au soir du 29 mai, après un dernier match à Saint-Etienne, qu’on saura si le PSG a fait une bonne affaire en ramenant le nul (1-1) de Monaco. Mais il est déjà certain que les Parisiens, dominateurs mais maladroits, ont une nouvelle fois manqué une fois une occasion en or de mettre la pression sur les leaders – notamment Lyon – et de s’installer dans les trois premiers. «Il y a beaucoup de déception et énormément de frustration, j’ai encore du mal à trouver des explications», avait déclaré au soir du 5 mars et d’une défaite à Auxerre Antoine Kombouaré. Des lamentations similaires mots pour mots à celles tenues samedi soir par l’entraîneur Kanak et son gardien, Grégory Coupet.

Comme face à Auxerre, Monaco et Montpellier

Car le PSG est un récidiviste. Roi incontestable du bal des rendez-vous manqués, le club de la capitale a souvent prouvé être capable de tenir le rythme des meilleurs pendant une série de rencontres, mais  a toujours flanché dans ces fameux «matchs tournants» qui décident du cours d’une saison. Face à Auxerre (2-3, 7e journée), Monaco ou Montpellier après avoir mené au score (2-2, 18e et 27e) les joueurs de Kombouaré ont fait montre d’une certaine fragilité, rédhibitoire pour espérer le titre. «Si on bat Nancy mardi, on se rapprochera de la Ligue des champions, coupe le technicien Kanak après le match nul en principauté. On a travaillé comme des fous pour avoir une fin de saison palpitante. L'objectif est de ne pas avoir des regrets.» Tout dépendra de la façon dont ses joueurs vont négocier les quatre derniers tournants de cette sinueuse saison.