Laurent Blanc: «Je ne parle pas de critères ethniques, je ne parle que de critères techniques»

POLÉMIQUE e sélectionneur des Bleus dément formellement le projet secret prêté à la DTN de mettre en place des quotas de joueurs noirs et arabes...

J. M.
— 
Laurent Blanc lors d'une conférence de presse, le 8 février 2011
Laurent Blanc lors d'une conférence de presse, le 8 février 2011 — G.FUENTES/REUTERS

Des quotas de joueurs noirs et arabes dans les équipes de jeunes et les centres de formation. L’accord secret qui aurait été passé par les membres de la Direction technique Nationale (DTN) avec l’accord de Laurent Blanc lui-même, selon Mediapart, a ému bien au-delà du monde du ballon rond, à tel point que le sélectionneur des Bleus s’est fendu d’une conférence de presse, ce vendredi, pour démentir l’information.

«C'est la seule réunion que j'ai eue avec la DTN. Le but était de parler d'un projet de jeu, de ce que la formation doit mettre en place pour avoir les meilleurs résultats dans cinq ans. Ce que je dis là, c'est la vérité. Je n'ai jamais entendu parler de projet de quotas!», a affirmé Laurent Blanc à Bordeaux, selon Sud-Ouest. Pour le sélectionneur, ce «sujet sensible» a été détourné du débat qui a animé en réalité la DTN. «Avec le nom que j'ai, je trouve ça moyen de faire des gros titres faciles...», a ironisé Laurent Blanc.

«Xavi et Iniesta auraient-ils pu percer en France?»

«En fait, cette polémique vient d'une question qu'on m'avait posée en Espagne il y a quelques mois. Xavi et Iniesta auraient-ils pu percer en France? Sans doute qu'ils auraient eu du mal, vu les critères de sélection chez les jeunes en France, où les critères physiques et athlétiques sont souvent trop mis en avant», a indiqué Laurent Blanc. «Je n'ai pas à me défendre, parce que je ne suis pas coupable. Eliminer  des joueurs parce qu'ils sont d'une certaine couleur, ça ne fait pas  partie de mes choix. La seule chose dont je m'excuse, c'est quand  j'utilise le mot "black" pour dire noir.»

La question serait donc de «donner leurs chances aux joueurs même de petite taille, mais ayant des qualités de dribbleurs ou ayant une vraie intelligence de jeu» et ce, «qu'ils soient blancs ou de couleur», affirme le boss des Bleus, passablement outré par la polémique. «On ne peut pas faire de quotas dans le foot. Dire qu'il faut 30% d'une race, 30% d'une autre, c'est n'importe quoi. Moi je ne parle pas de critères ethniques, je ne parle que de critères techniques.»

A la suite de débordements sur ce type de sujets, nous sommes contraints de fermer cet article aux commentaires. Merci de votre compréhension.