dumont ne sera pas éternel

françois launay

— 

Il fait partie des meubles. Au Losc depuis 1993, Stéphane Dumont est un monument historique du club nordiste. Avec Mathieu Debuchy, il est même le joueur le plus ancien de l'effectif. Sauf qu'à la différence du défenseur, titulaire incontournable, le natif de Seclin doit désormais se contenter de bouts de matchs. « Ce n'est pas évident à vivre. Le coach fait des choix qui ne sont pas toujours faciles à accepter. J'essaie de rester positif. Si le coach fait appel à moi, je réponds présent et s'il ne m'appelle pas, je réponds présent quand même », lâche le milieu de terrain de 29 ans.

En fin de contrat en 2012
Il faut dire que Dumont n'est pas du genre à se plaindre de son statut d'éternel remplaçant. Capitaine du Losc lors de sa dernière épopée en Ligue des Champions (2006-2007), ce véritable symbole du club est respecté dans le vestiaire. Au point de faire partie du conseil des cinq sages (avec Landreau, Debuchy, Mavuba et Balmont) que réunit souvent Rudi Garcia pour prendre le pouls de l'effectif. « Ce n'est pas parce qu'on est titulaire et qu'on joue cinquante matchs par saison qu'on a un rôle plus important dans le vestiaire », justifie le milieu. Sauf que le remplaçant commence à avoir la bougeotte. En fin de contrat en 2012, le milieu de terrain pourrait bien finir par aller voir ailleurs. « On fera le point en fin de saison et on verra ce que le club veut faire de moi. Tout est envisageable. J'espère finir sur une note positive avec un voire deux titres. Après, il sera temps pendant les vacances de penser à mon avenir personnel », explique ce fidèle de toujours. Et si le Losc a en tête un projet de reconversion pour son Steven Gerrard local, pas sûr que Dumont ait envie de cirer le banc de touche jusqu'à la fin de sa carrière. À 29 ans, le milieu de terrain nourrit sans doute d'autres ambitions. Et pourrait donc quitter le Losc pour mieux y revenir.

lille-sochaux

La Ligue a décidé hier de fixer la rencontre Losc-Sochaux au 18 mai, quatre jours après la finale de la coupe de France contre le PSG. Pour éviter de disputer cinq matchs en quinze jours, Lille préférait jouer le 25 mai. Il n'a pas été entendu.