Le NRM a fait les choses à Poitiers

David Phelippeau, à Poitiers

— 

Karel Linz a participé au succès.
Karel Linz a participé au succès. — F. Elsner / 20minutes

Une joie extatique. Il est peine 22 h, hier soir, dans la salle Lawson Body de Poitiers, le Nantes Rezé Métropole vient d'écrire l'un des plus grands moments de sa jeune histoire. Alors que Julien Lavagne fait l'avion devant le public poitevin médusé, ses coéquipiers se congratulent. En quarts de finale aller des play-offs de Ligue A, le promu nanto-rezéen s'est offert (1-3) Poitiers, deuxième de la saison régulière, mais surtout place forte du volley national.

Bientôt le top 4 français ?
« C'est un exploit, le plus grand de la saison », avoue le coach Martin Demar. Au-delà du résultat inattendu, c'est la sérénité dégagée par cette formation qui interloque. « On ne s'est jamais affolés, avoue le libéro Maxime Godefroy. Tu sais qu'à 2-O, Antonin Rouzier va envoyer le “pâté”, il faut laisser passer la foudre... » Poitiers revient alors à deux sets à un dans une ambiance surchauffée. « Et dans le quatrième set, on les a recalmés ! », lance, tout sourire, Lavagne. « Ce n'est pas encore fini, tempère Pribanovic. C'est juste un pas, il faut en faire encore un, vendredi (à Dugast)... » Sans doute le plus ardu, mais celui qui peut mener le surprenant NRM dans le Top 4 français !