« Des dépenses de L2 et des recettes de National »

— 

J-18 avant la disparition du Racing ? Si l'on est pessimiste et que l'on ne croit pas à un accord possible entre la SASP et l'association du club, c'est l'hypothèse à retenir. « L'horloge est en route », reconnaît Alain Fontanel. L'adjoint au maire (PS), chargé des finances, joue le médiateur entre les deux parties. La date butoir pour un accord est fixée au 3 mai. D'un côté, Jafar Hilali demande à l'association la refacturation de 3,2 millions d'euros de salaires d'employés du centre de formation réglés par la SASP et envoie des huissiers. De l'autre, l'association détient le numéro d'affiliation du club et attend le paiement des aides mensuelles au centre de formation de la part de la SASP. « Je travaille avec les deux côtés, explique Fontanel, qui a assisté mercredi au CA de l'association. Le but est de trouver un point d'équilibre et voir s'il est accepté. » En jeu, la survie du club, dont « la situation financière est difficile ». Il manquerait plus d'un million d'euros pour boucler la saison 2011. « Le RCS a des dépenses de Ligue 2 pour des recettes de National », note le médiateur. L'horloge, elle trotte vers le 3 mai.F. H.