La balle au prisonnier s'évade

— 

Avec le film Dodgeball sorti en 2004, la balle au prisonnier a quitté les préaux d'école pour les écrans de cinéma. Demain après-midi à Paris (Espace des Blancs Manteaux, Paris 4e), ils vont être 250 étudiants à se prendre pour White Goodman et Peter La Fleur, les deux rivaux incarnés par Ben Stiller et Vince Vaughn. « Pour être un bon joueur de balle aux prisonniers, il faut ne pas avoir peur de prendre la balle dans la gueule, savoir bien viser et connaître le film », prévient Sébastien Grandet, étudiant à Marne-la-Vallée. Sébastien et ses copains du Paname Airshot vont disputer à 15 autres équipes le premier trophée Red Bull balle aux prisonniers.
Entre les chorégraphies improbables et les tenues fluorescentes, l'événement joue pleinement la carte régressive. « On assume à fond le côté retour en enfance », confirme Germain Galtrand, étudiant en école de commerce à Marseille et membre des Cotoreps, « parce qu'on est une sacrée équipe d'handicapés ». A. P.