Le CIO rencontre la justice italienne

©2006 20 minutes

— 

L'opération antidopage menée samedi à San Sicario (Italie) sur 10 athlètes autrichiens, a été dirigée entièrement par le Comité international olympique, qui avait des informations sur la présence sur place de Walter Mayer, ex-entraîneur interdit de JO jusqu'en 2010.
L'opération antidopage menée samedi à San Sicario (Italie) sur 10 athlètes autrichiens, a été dirigée entièrement par le Comité international olympique, qui avait des informations sur la présence sur place de Walter Mayer, ex-entraîneur interdit de JO jusqu'en 2010. — Frank Fife AFP/Archives

Arne Ljungqvist, président de la commission médicale et scientifique du CIO, a rencontré hier à Turin des magistrats afin d'évoquer le dossier autrichien. Aucune information n'est sortie de cette réunion. Mais le CIO a d'ores et déjà annoncé que le résultat des analyses effectuées sur six fondeurs et quatre biathlètes autrichiens ne serait peut-être pas connu avant la fin des Jeux. Interrogé sur l'affaire, Jacques Rogge a fait preuve d'humour. « C'est une saga. Même Hollywood ne pourrait pas imaginer un scénario pareil », a confié le président du CIO.

En attendant, Rogge a tout de même rencontré une délégation de Salzbourg, ville candidate à l'organisation des JO 2014. « Notre ligne de conduite est claire : Salzbourg soutient à 100 % la façon d'agir du CIO et il ne doit pas y avoir de pitié pour ceux qui ont recours au dopage », a précisé Heinz Schaden, maire de Salzbourg.