Ligue des Champions: l'énigme Fernando Torres embarrasse Chelsea

FOOTBALL Arrivé lors du mercato d'hiver contre 58 millions d'euros, l'Espagnol n'a toujours pas marqué un seul but...

Antoine Maes

— 

Didier Drogba et Fernando Torres, contre Manchester, en quart de finale de la Ligue des champions, le 6 avril 2011, à Londres.
Didier Drogba et Fernando Torres, contre Manchester, en quart de finale de la Ligue des champions, le 6 avril 2011, à Londres. — D.MARTINEZ/REUTERS

En économie, on appellerait ça un accident industriel. Débarqué à Chelsea à la dernière minute du mercato d’hiver, le 31 janvier dernier, Fernando Torres n’a toujours pas marqué un seul but pour les Blues. Une sacrée responsabilité, quand on a coûté pas loin de 58 millions d’euros. Aujourd’hui, les supporters de Liverpool qui avaient brûlé son maillot au moment de son départ s’amuse du destin de celui qu’ils considèrent comme un traître.

«Peut être qu’il marquera le but le plus important de notre saison»

Mardi soir, contre Manchester United, en quart de finale retour de la Champion’s League, el «Nino» commencerait à solder son passif en ayant la bonne idée de marquer contre une équipe qui lui réussissait bien lorsqu’il était pensionnaire de Liverpool. En attendant, c’est la méthode Coué qui règne dans les rangs anglais. «Peut être qu’il marquera le but le plus important de notre saison. Torres est relax. Il est bien à l’entraînement, il est content, il aime plaisanter, je ne le vois pas avoir peur ou être inquiet», dédramatise Carlo Ancelotti sur le site officiel des Blues.

«On a l’impression qu’Ancelotti a joué au poker avec lui», explique Patrice Ferri, consultant Canal + pour la Premiere League anglaise. Entre son arrivée au dernier moment, la décision de le lancer contre son ancien club dès le premier match ou de lui laisser du temps de jeu alors qu’il est hors du coup physiquement, tout ça sent bon l’improvisation. «Il est en difficulté, mais ce n’est pas uniquement de sa faute. Sur les derniers matchs, il progresse. Ce serait bien si on était le 15 novembre. Mais on est en avril, et le voir finir en fanfare me parait difficile», poursuit l’ancien joueur de Saint-Etienne.

«Drogba, soit il part, soit il est titulaire»

D’autant que le destin de l’Espagnol est lié à celui de Didier Drogba, véritable dieu vivant à Stamford Bridge. Associés, les deux joueurs n’ont pas fait d’étincelles et surtout pas au match aller. Car les deux hommes n’aiment rien autant que jouer seul en pointe. Alors y a-t-il assez de place pour ces deux-là à Chelsea? Fernando Torres a signé pour cinq saisons et n’a que 27 ans. L’Ivoirien a huit printemps de plus, et un bail qui se termine en 2012. «Drogba, soit il part, soit il est titulaire», conclut Patrice Ferri. Un dilemme auquel les dirigeants londoniens devront immanquablement répondre cet été.