Le HBC Nantes dit chambéry... oh oui !

David Phelippeau

— 

Les Nantais peuvent exulter, ils viennent de faire tomber le leader de la LNH, Chambéry.
Les Nantais peuvent exulter, ils viennent de faire tomber le leader de la LNH, Chambéry. — F. Elsner / 20minutes

Il n'a même pas la voix éraillée. Sans emphase, l'entraîneur nantais Thierry Anti raconte la soirée de samedi qui restera dans les mémoires collectives. A l'écouter, ce succès contre le leader de la LNH, Chambéry – invaincu en championnat depuis 31 matchs ! –, n'a rien d'incongru. « Très honnêtement, avec le plan de jeu que j'avais mis en place, j'avais espoir de gagner ce match, explique-t-il. Il fallait que mes joueurs le respectent, et ils l'ont respecté. Dans la stratégie, tout s'est passé comme je l'avais imaginé. » Reste que pour réaliser de tels exploits, le « H » a un besoin impérieux de héros. Aussi, lorsqu'à la 17e minute, Nantes vacille (5-9). Le gardien de but Marouène Maggaiez sort ses tentacules. « Il nous a sauvés à ce moment-là », admet le coach nantais. Au final, le portier tunisien réalisera 25 arrêts face aux Barachet, Paty, Basic ou Saurina !
enoux à terre (31-16) il y a quinze jours à Montpellier, Nantes (6e) a su relever la tête. « Après Montpellier, j'ai provoqué une réunion, explique Anti. Je ne pouvais pas laisser passer ça. Les joueurs m'ont rassuré et m'ont dit qu'ils avaient envie ! » Envie de finir dans le Top 5 de la LNH mais aussi de partager des émotions avec leur public. « Après l'annonce de la non-venue de Fernandez, il fallait montrer aux gens qu'il y avait une vraie équipe ici et qu'on n'a pas besoin d'un joueur emblématique pour exister, insiste l'entraîneur. On a vécu quelque chose de fort samedi entre nous et avec nos supporters. » A tel point qu'Anti finit par le reconnaître : « Depuis que je suis à Nantes [mars 2009], j'avais vécu un moment fort lors du nul arraché (25-25) en mai 2009 contre Paris, synonyme de maintien, mais ce succès contre Chambéry, c'est le plus beau. »