Top 14: Le Racing-Metro va-t-il casser sa tirelire pour Dan Carter?

RUGBY La star des All-Blacks pourrait devenir le partenaire de Sébastien Chabal la saison prochaine...

A.P.

— 

Le Neo-Zélandais Daniel Carter, en octobre 2010
Le Neo-Zélandais Daniel Carter, en octobre 2010 — V.Yu/AP/SIPA

La rumeur court toujours. Malgré les démentis d’usage du club, le Racing-Metro 92 et son président, Jacky Lorenzetti, seraient toujours prêts à faire sauter la banque pour s’offrir l’ouvreur des All-Blacks, Dan Carter, après la Coupe du monde en octobre prochain. Le site officiel Super 15 évoque un contrat mirobolant de 3,3 millions d’euros sur trois ans pour la star des Canterbury Crusaders. Le Néo-Zélandais deviendrait alors le premier rugbyman à dépasser la barre des 100.000 euros de salaire mensuel.

Les chiffres avancés ont de quoi laisser songeur.  Jacky Lorenzetti assure d’ailleurs qu’il ne voit pas l’intérêt et la nécessité de sortir son chéquier pour le meilleur demi d’ouverture de la planète rugby. «On a déjà deux excellents ouvreurs avec Jonathan Wisniewski et Juan Martin Hernandez, a rappelé la semaine dernière le mécène de club de Hauts-de-Seine. Nous venons de faire signer un joueur qui peut opérer à ce poste (Fabrice Estebanez, ndlr). Ça ferait un peu beaucoup, non ? Ce n'est que du vent».

«Carter ça ne se refuse pas»

L’argument présidentiel a le don de faire sourire Christophe Lamaison: «Dan Carter, ça ne se refuse pas». L’ancien ouvreur du XV de France sait déjà comment utiliser le Néo-Zélandais si jamais il devait enfiler le maillot ciel et blanc. «En début de carrière, Carter a souvent évolué comme centre. Hernandez et Estebanez peuvent aussi jouer centre ou arrière, donc ce n’est pas un problème.»

L’intéressé, lui, a décidé d’entretenir le suspens sur son avenir. «Je ne suis pas pressé de prendre ma décision», a-t-il expliqué la semaine dernière lors d’un match des Crusaders à Londres. Carter n’a jamais caché son envie de retrouver le Top 14 qu’il a fréquenté le temps de six matchs avec Perpignan entre 2008 et 2009 avant de se blesser. Et s’il revient sur les pelouses françaises, il pourrait bien amener quelques amis avec lui. « Carter au Racing, Sivivatu à Clermont, j’ai l’impression que toute l’équipe de Nouvelle-Zélande va signer en France», ironise «Titou» Lamaison. Mais comme rien n’est encore signé pour Carter…