Lyon: Puel ne veut pas qu'on fasse de Gourcuff «une cible»

FOOTBALL L'entraîneur plaide la patience et l'indulgence pour son meneur...

Stéphane Marteau à Lyon

— 

Gerland commence à s'impatienter. Samedi, à quelques minutes de la fin du match contre Rennes (1-1), des sifflets ont accompagné la sortie de Yoann Gourcuff au moment de son remplacement par Jérémy Pied. Une réaction qui traduit le mécontentement d'une partie du public lyonnais face aux prestations décevantes du meneur de jeu des Bleus qui tarde à justifier l'énorme investissement consenti l'été dernier par l'OL pour s'attacher ses services (22 millions d'euros, hors bonus).

S'il admet que l'intéressé « peut nous apporter beaucoup plus », Claude Puel continue de lui manifester son soutien et souhaite qu'on le «laisse tranquille. » « Je ne suis pas d'accord pour qu'on en fasse une cible, a déclaré mercredi l'entraîneur lyonnais. Yoann a besoin d'aligner les performances, d'acquérir de la confiance et une certaine sérénité. Mais chacune de ses apparitions est sujette à polémique. On dissèque son jeu et il y a des choses disproportionnées et pas très objectives qui sont dites et écrites à son sujet. Ce n'est pas évident à vivre.»

Gourcuff doit mûrir

Claude Puel estime cependant que Yoann Gourcuff détient une partie de la solution et qu'il lui faut se blinder face aux critiques. «Il est arrivé dans un club beaucoup plus médiatisé que Bordeaux, souligne-t-il. Il doit assumer encore un peu mieux sa notoriété et être conscient qu'il sera toujours soumis à la critique. Il doit apprendre à relativiser tout ça et prendre du recul.»

Bastos et Delgado à l'infirmerie

Opéré en fin de semaine dernière d'un problème méniscal au genou gauche, Michel Bastos restera au Brésil durant 4 à 5 semaines. Par ailleurs, César Delgado, qui avait déclaré forfait pour la venue de Rennes en raison d'une fatigue musculaire, doit reprendre la course demain, mais est incertain pour le déplacement à Nice, le 3 avril.