« On n'est pas loin de basculer »

Recueilli par Nicolas Stival

— 

Joël Da Silva a succédé mi-février à Raphaël Geslan, dont il était l'adjoint.
Joël Da Silva a succédé mi-février à Raphaël Geslan, dont il était l'adjoint. — F. SCHEIBER/20 MINUTES

Contraste. Qualifié pour les demi-finales de la Coupe de France, le THB galère à l'avant-dernière place de D1. Au moment d'accueillir Saint-Raphaël (4e), ce soir (20 h), l'entraîneur Joël Da Silva met la pression sur ses joueurs, cadres (Andjelkovic, Karaboué, Kabengelé, Ayed) ou « simples soldats ».

Comment abordez-vous ce match ?
Il ne reste que dix journées et il n'y a pas d'alternative : il faut gagner à la maison. Peu importe l'adversaire, sachant que face à des équipes qui nous sont supérieures, on se sent plus libérés. Jouer un gros après Paris, c'est la meilleure chose qui pouvait nous arriver.

La défaite face à un concurrent direct dans la capitale, vendredi (32-31), est-elle oubliée ?
Nous avons organisé une réunion lundi matin pour l'évacuer, et appuyer là où ça fait mal. A Paris, nous avons été défaillants dans l'impact physique. On n'a pas le droit… Ensuite, on perd 22 ballons avec 75 % de réussite aux tirs. C'est une question de rigueur.

Que pensez-vous de l'apport de vos cadres ?
Je ne me dédouane pas, mais quand on mène de deux buts à 7 minutes de la fin, avec un ballon de +3 [penalty raté par Ayed), si on ne se sert pas de son vécu, on se ment ! Je les ai remis devant leurs responsabilités. Ceci dit, je sens qu'on n'est pas loin de basculer.

C'est-à-dire ?
Après notre discussion, l'entraînement a été de grande qualité. Peu à peu, les choses se mettent en place. Saint-Raphaël reste sur deux défaites à l'extérieur et un match poussif à la maison. Dans leur vestiaire, ça ne se passe pas très bien, car il y a beaucoup de joueurs en fin de contrat. Entre l'apport du public et notre orgueil touché, tout est réuni pour qu'on soit présent.

Le demi-centre Rémi Calvel fait son retour, après onze mois d'absence.
Il débutera même le match. Il a faim et va apporter de l'enthousiasme. C'est une bonne nouvelle pour tout le monde. Gilbert [19 ans] sort du groupe. C'est aux pros d'assumer ce match. Pour certains, c'est leur dernière chance. Ils se sentent en danger, et ils le sont. W