« Il y a eu une prise de conscience »

Recueilli par David Phelippeau

— 

« Si on continue comme ça, on ne peut que réussir », estime le coach, qui fixe le maintien à au moins 41 points.
« Si on continue comme ça, on ne peut que réussir », estime le coach, qui fixe le maintien à au moins 41 points. — F.Elsner / 20minutes

Un peu le monde à l'envers. Alors que la plupart des médias se montraient plutôt indulgents et optimistes au sortir de la défaite à Tours, lundi soir, certains joueurs dénonçaient « le manque de caractère, de révolte, de vices et de métier » ou faisaient part de « leur tristesse et leur dépit ». Après une courte nuit de sommeil, le successeur de Baptiste Gentili a donné, hier, son sentiment, plutôt teinté d'optimisme.

Avec quelques heures

de recul, quelle analyse

faites-vous de ce nouveau revers ?
On peut avoir des regrets. On a fait un match assez solide. Les joueurs ont tout donné. C'est vraiment dommage de l'avoir perdu. A 1-0, on a eu les moyens de marquer un deuxième but, mais c'est alors une question d'efficacité. Le football est une histoire de réalisme. On a manqué d'agressivité, de méchanceté devant le but.

Dans le contenu,

c'est plutôt encourageant…
C'est dans la continuité de notre travail. Il y a eu une prise de conscience de la part des joueurs. Ils font le maximum et ils respectent ce qu'on leur demande…

On n'a pas l'impression

de voir la même équipe

qu'il y a quelques semaines…

Que s'est-il passé ?
C'est bien de le reconnaître, car on s'attache à être rigoureux et exigeants avec les joueurs. On a mis certaines personnes devant leurs responsabilités. Aujourd'hui, tout le monde sait ce qu'il a à faire. Il faut maintenir le club en Ligue 2, donc gagner deux matchs (Nantes a 35 points). Chacun s'est regardé dans une glace et a fait son autocritique.

N'avez-vous pas peur que

ce revers soit un vrai coup d'arrêt ?
On avait bien préparé ce match, mais cette défaite ne doit pas nous arrêter dans nos efforts et dans la continuité de notre travail. J'ai demandé à mes joueurs de relever la tête dès ce matin [hier]. Moi, j'ai confiance. Il faut surtout positiver. Il y a des choses intéressantes dans les attitudes, dans les efforts. Si on continue comme ça, on ne peut que réussir.