Cyclisme: le sprint français sur la piste de Londres

© 2011 AFP

— 

Les pistards français visent à rester au sommet de la vitesse, de mercredi à dimanche, dans la ville néerlandaise d'Alpedoorn, lors des Championnats du monde de cyclisme annuels marqués d'ores et déjà par l'approche des JO de Londres.

Avec Grégory Baugé, tenant du titre majeur de la vitesse individuelle depuis 2009, et Kévin Sireau, les "Bleus" possèdent deux chances de premier ordre dans l'épreuve-phare des compétitions. Sachant qu'aux prochains JO, la France, comme les autres nations, ne pourra aligner... qu'un seul représentant.

A l'inverse de Baugé, qui a limité ses rendez-vous durant l'hiver, Sireau a opté pour la multiplication des confrontations. Avec succès puisque le Berrichon entraîné par Benoît Vêtu a remporté le classement général de la Coupe du monde.

"Mais ce serait une erreur de ne voir qu'un duel franco-français", prévient Florian Rousseau, l'entraîneur de Baugé. Et de citer l'Australien Shane Perkins, finaliste l'an passé, et Jason Kenny, première chance britannique puisque Chris Hoy, triple champion olympique à Pékin, privilégie le keirin.

Hoy, toutefois, a prévu de disputer aussi la vitesse par équipes, l'épreuve qui lance les compétitions dès la première soirée. Pour les Français, médaillés d'argent l'an passé après une série de quatre victoires, le rendez-vous revêt un caractère particulier. L'an passé, le même trio (Baugé, Sireau, d'Almeida) s'était incliné de 2 centièmes de seconde face aux Allemands.

A Apeldoorn, sur une piste rappelant celle de Palma de Majorque (Espagne) qui accueillit les Mondiaux 2007, les Français semblent avoir trouvé leurs marques. Au moins en sprint, puisque les deux entraîneurs nationaux affichent le même mot d'ordre, confiance et vigilance, compte tenu de la qualité de l'opposition.

François Pervis, habitué du podium dans les Championnats du monde mais toujours à la recherche de l'or, Mickaël Bourgain, de retour après une saison contrariée par une blessure, renforcent le potentiel de médailles des "Bleus". Tout comme Clara Sanchez et Sandie Clair, dont les performances dans les manches de Coupe du monde sont prometteuses.

Pour les spécialistes de l'endurance, la tâche s'annnonce beaucoup plus compliquée. Hormis Morgan Kneisky, l'un des favoris du scratch, et Pascale Jeuland, qui a progressé dans l'omnium, le plus haut niveau paraît inaccessible tant les performances sont relevées.

En améliorant début février le record du monde des 4 kilomètres du Britannique Chris Boardman, performance réalisée à une époque révolue (1996), le jeune australien Jack Bobridge (21 ans) a marqué les esprits. Il symbolise la force du cyclisme "aussie", qui a conquis l'an passé 6 des 19 titres mondiaux.

Bobridge, grand favori de la poursuite individuelle devant son... cadet Rohan Dennis (20 ans), est l'une des attractions attendues à Apeldoorn, avec Cameron Meyer, trois fois médaillé d'or l'an passé à Copenhague et vainqueur en janvier du Tour Down Under. Preuve que "doubler" route et piste relève du possible, contrairement à ce qu'imaginent nombre de responsables d'équipes du peloton routier.