Hubert Velud, l'entraîneur de Créteil, agressé par trois hommes cagoulés

FOOTBALL Un an après avoir été mitraillé dans le bus du Togo à la CAN...

Antoine Maes

— 

Hubert Velud, en janvier 2010, au Togo.
Hubert Velud, en janvier 2010, au Togo. — S.ALAMBA/AP/SIPA

C’est ce qui s’appelle avoir la poisse. Un peu plus d’un an après le mitraillage du bus du Togo lors de la CAN 2010, où il était sélectionneur, Hubert Velud, aujourd’hui entraîneur de Créteil (National), est une nouvelle fois au cœur d’une sombre histoire. Vendredi soir, au retour d’un match perdu à Amiens (2-1), le coach de l’USCL a été violemment attaqué par trois hommes cagoulés dans le parking souterrain de son immeuble. «J’ai essayé de l’avoir au téléphone, mais je n’ai pas encore réussi. J’attends d’avoir plus d’informations, mais si c’est ça, c’est scandaleux», explique Pierre Repellini, le patron du syndicat des entraîneurs, et proche de Hubert Velud.

«Il est traumatisé»

L’entraîneur a déposé plainte au commissariat de Créteil dans la foulée. «Je l’ai eu au téléphone pour prendre des nouvelles de sa santé. Il est traumatisé. J’espère le revoir dans quelques jours, en début de semaine prochaine par exemple», explique Armand Lopes, le président du club, à 20minutes.fr. En attendant les développements de l’enquête, Hubert Velud s’est éloigné de son équipe dès lundi, embarquant pour quelques jours de repos en Corse.

Tabassé pour des choix tactiques?

Difficile d’expliquer les motivations de cette agression. Aurait-il pu subir cette violence en raison de ses choix d’entraîneur? «Je ne sais pas. Je me refuse à parler de quoi que ce soit. Je ne veux pas rentrer dans les détails, je laisse travailler la police, et bien sûr, je condamne l’acte», lâche Armand Lopes. En attendant, c’est l’adjoint de Hubert Velud, Rui Pataca, que 20minutes.fr n’a pu contacter, qui prend en charge les entraînements de l’équipe.