GP Moto: Honda en position de force en 2011

© 2011 AFP

— 

Honda, premier constructeur mondial de deux roues, semble avoir mis tout en oeuvre pour récupérer, lors de la saison de MotoGP qui débute ce week-end à Losail au Qatar (en nocturne), un titre pilote et constructeur qui lui échappe depuis 2006.

Huit fois sur huit en haut de la feuille des temps des essais hivernaux qui se sont tenus à Sepang (Malaisie) et à Doha (Qatar), grâce à Casey Stoner, Dani Pedrosa ou Marco Simoncelli, la Honda RC212V semble au meilleur de sa forme alors que ses jours sont comptés, comme ceux de toutes les 800 cc encore en présence cette année.

En effet, dès 2012, les 1000 cc, cylindrée qui avait permis à la Honda RC211V de briller entre 2002 et 2006 grâce à Valentino Rossi et Nicky Hayden, seront de retour, avec pour objectif de faire venir ou revenir des constructeurs dans la course.

En février et mars, il est arrivé que Honda place trois, voire quatre machines aux quatre premières places, juste devant les Yamaha, tout en reléguant les Ducati en milieu de tableau.

En 2011, sur les dix-sept machines engagées en MotoGP, comme l'an passé, six le seront par Honda, à l'instar de Ducati, quatre par Yamaha et, faute de budget suffisant, une seule par Suzuki.

La stabilité du nombre des constructeurs et pilotes, ainsi que l'apparition de seulement deux nouveaux venus (Cal Crutchlow et Karel Abraham) pouvaient laisser craindre une saison 2011 en demi-teinte. Mais les transferts à sensation, réalisés dès l'été dernier, permettent au contraire d'envisager des courses haletantes.

Ainsi, dès le 8 juillet, l'Australien Casey Stoner, champion du monde MotoGP en 2007 sur Ducati, annonçait qu'il quittait la firme de Bologne pour devenir en 2011 pilote officiel chez Honda, marque sur laquelle il avait fait ses débuts en 2006.

Le 15 août, Yamaha révélait la fin d'un fructueux partenariat avec Valentino Rossi qui s'était soldé par quatre titres de champion du monde en sept saisons. L'idole des tifosi pourra enfin montrer tout son talent sur la Ducati GP11, un binôme italien qui en rappelle un autre, celui formé dans les années 60/70 par Giacomo Agostini sur les MV Agusta.

Dès le 27 août, l'Américain Ben Spies, 6e de son premier Championnat du monde MotoGP en 2010, et premier lors de sa première saison Superbike l'année précédente, était désigné par Yamaha pour piloter la M1 de Rossi aux côtés de Jorge Lorenzo, le champion du monde en titre, auteur de tests hivernaux très convenables.

Rossi, 32 ans, qui, fait rarissime, avait réussi à remporter le Championnat 2004 sur Yamaha après avoir été titré en 2003 sur Honda, se lance de nouveau dans un pari audacieux.

Le pilote italien semble en outre en méforme physique après ses déboires de l'an passé (épaule et double fracture tibia-péroné).

"A 90 minutes de la fin des essais, mon épaule (ndlr: la droite qui le gène depuis un an et qui a été opérée en décembre) a commencé à faiblir et je ne pouvais plus attaquer, a-t-il déclaré lundi soir à l'issue de la dernière session sur le circuit de Losail (Qatar) où il devait terminer à une modeste 13e place.